World Athletics maintient l’interdiction de dopage en Russie

World Athetics a maintenu son interdiction de la Russie© AFP

World Athletics a reconnu mercredi que la Russie avait fait des « progrès constants » pour remplir les conditions requises pour revenir à la compétition internationale, mais pas assez pour lever l’interdiction imposée en 2015 pour dopage d’État systématique. Le conseil de l’instance dirigeante mondiale a accepté la recommandation du groupe de travail créé pour surveiller les efforts de la Russie pour tourner le dos à son passé entaché de dopage. La RUSAF, l’instance dirigeante de l’athlétisme russe, a été initialement expulsée de World Athletics il y a six ans après qu’un rapport accablant de l’Agence mondiale antidopage ait identifié « une culture du dopage profondément enracinée ». Pour que la superpuissance de l’athlétisme revienne, elle devait remplir une série de conditions strictes, notamment : établir une culture de tolérance zéro et une structure antidopage efficace.

Rune Andersen, chef du groupe de travail, a reconnu dans son rapport que « la RUSAF a fait des progrès constants vers la satisfaction des conditions fixées pour sa réintégration dans World Athletics ».

Il a ajouté : « Les étapes clés à ce jour ont été respectées, ainsi que les divers indicateurs de performance clés définis dans le plan de rétablissement. »

Anderson a noté que la nouvelle direction de la RUSAF avait montré « un véritable engagement » pour éloigner ce changement du dopage « et s’assurer qu’il s’enracine profondément dans l’athlétisme russe ».

Mais il a prévenu : « Il y a encore des gens dans l’athlétisme russe qui n’ont pas embrassé cette nouvelle culture, et il y a encore beaucoup de travail à faire pour la RUSAF pour s’assurer qu’ils n’exercent pas d’influence ».

Un autre facteur dans le maintien de l’interdiction était le statut de l’agence antidopage de la Russie.

RUSADA a été déclarée non conforme par l’AMA en 2019 après avoir falsifié les tests de dopage de son laboratoire de Moscou.

Une suspension initiale de quatre ans a été ramenée à deux ans par le Tribunal arbitral du sport en décembre dernier.

Promu

Alors que la Russie est interdite, les athlètes du pays ont pu concourir sous une bannière neutre une fois qu’ils ont prouvé qu’ils étaient sans drogue, comme une poignée l’ont fait aux Jeux olympiques de Tokyo cette année.

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest