Usain Bolt frappe à nouveau alors que Mo Farah et Ashton Eaton brillent au World Athletics


Pékin:

La troisième médaille d’or d’Usain Bolt au sprint et le «triple double» unique de Mo Farah ont partagé la vedette avec Ashton Eaton samedi alors que l’Américain a ravi les championnats du monde avec une victoire record en décathlon.

Cette fois, Bolt a abattu non seulement Justin Gatlin mais aussi la cavalerie, ancrant la Jamaïque effrénée à un quatrième titre consécutif de relais mondial 4×100 mètres alors que les sprinteurs américains implosaient à Pékin.

Pendant ce temps, Farah est devenu le premier homme à remporter des doubles mondiaux consécutifs de distance et Eaton a battu son propre record du monde de décathlon lors d’une avant-dernière soirée palpitante au stade Bird’s Nest.

Tous les faibles espoirs que les Américains avaient de tendre une embuscade à la dernière tentative de triplé de Bolt sont partis en fumée lorsque la remise finale de Tyson Gay à Mike Rodgers a été jugée illégale et qu’ils ont été dramatiquement disqualifiés pour donner aux hôtes chinois une médaille d’argent sensationnelle.

Mais même l’anticipation de plus de feux d’artifice de Bolt a pris une banquette arrière alors que l’homme de fer Eaton a conservé son titre mondial avec style après avoir essoré la dernière goutte d’énergie de son corps brisé.

« C’est un résultat impressionnant », a déclaré un Eaton jubilatoire. « Combien de points puis-je obtenir? Je ne sais pas, mais tu peux parier que je vais essayer d’en obtenir plus! »

Pour ne pas être en reste, les femmes jamaïcaines ont conservé leur couronne mondiale au 4x100m, la Britannique Farah remportant le 5000m pour en faire trois doubles de distance consécutifs, y compris les Jeux olympiques de Londres.

Bolt a présenté un affichage typiquement électrique au Bird’s Nest, où il est devenu célèbre aux Jeux olympiques de 2008, laissant Rodgers pour mort lors de la dernière étape alors que la Jamaïque a gagné en 37,36 secondes.

Après avoir complété un autre doublé individuel de sprint aux 100 et 200 m plus tôt cette semaine, Bolt a rugi à la maison après que ses coéquipiers Nesta Carter, Asafa Powell et Nickel Ashmeade aient négocié en toute sécurité les trois premières étapes.

Les États-Unis n’ont pas été aussi chanceux et ils ont été disqualifiés après que le transfert raté de Tyson Gay à Rodgers se soit égaré en dehors de la zone de passage du bâton, faisant passer une Chine incrédule à la deuxième place.

« J’ai vu le désordre au 300m et j’étais content que nous n’y soyons pas », a déclaré Bolt après avoir remporté un 11e titre mondial étonnant. « Cela s’appelle la pression. Ils ont remporté les relais mondiaux (plus tôt cette année) et la pression était sur eux. Je vous ai dit que je reviendrais ici et gagnerais. »

Ancrés par le six fois champion olympique, les Jamaïcains ont désormais remporté tous les titres mondiaux et olympiques de sprint depuis 2008.

Eaton a produit un dernier tour époustouflant au 1500 m pour établir un nouveau record du monde – le premier des championnats – en améliorant sa marque précédente à 9045 points, puis s’est effondré sur la piste avec son visage tordu d’agonie alors que le la foule s’est levée pour l’acclamer.

« J’ai dormi cinq heures et demie la nuit dernière », a déclaré Eaton après avoir couru le 1 500 m en quatre minutes, 17,52 secondes pour assurer le record du monde.

« Dans les haies, il était difficile de surmonter les (haies) 9 et 10 et je me suis dit » Bon sang, je vieillis « . Au 1 500 m, j’avais des doutes sur ma capacité à courir aussi vite.

« Où trouvez-vous cette force intérieure? Je ne sais pas, mais vous devez creuser profondément. »

Ailleurs, l’irrépressible Farah a brisé la courageuse résistance du Kenyan Caleb Ndiku avec une rafale électrisante dans la ligne droite pour gagner en 13 minutes 50,38 secondes.

Ce fut une étonnante septième victoire consécutive au 5000 ou au 10 000 m lors de championnats du monde ou olympiques pour le Britannique, qui se livrait à une boxe fantôme festive avec le médaillé d’argent alors que les deux rivaux se félicitaient.

« Il faut beaucoup d’énergie pour gagner de cette façon », a déclaré Farah, qui a renversé Ndiku dans le dernier tour avant son coup de pied en retard dévastateur. « Je n’ai jamais paniqué. Il faut croire en soi et c’était incroyable, incroyable de faire le double. »

La double championne olympique Shelly-Ann Fraser-Pryce, qui avait déjà remporté la médaille d’or individuelle, a ancré la Jamaïque à la victoire au 4×100 mètres féminin dans un record du championnat de 41.07. Les Américains ont remporté l’argent en 41,68 et Trinité-et-Tobago le bronze en 42,03.

Il y a eu un bouleversement lorsque Marina Arzamasova, de Biélorussie, a battu la championne en titre Eunice Sum pour remporter le 800m féminin dans une finition époustouflante, avec un temps de 1: 58,03 pour les Canadiennes Melissa Bishop et Sum à la ligne.

Promu

Le Polonais Piotr Malachowski a battu son principal canard pour le titre en remportant la médaille d’or du disque masculin avec un lancer de 67,40 m, tandis que la championne du monde russe en salle Maria Kuchina a remporté le saut en hauteur féminin après avoir franchi 2,01 m.

Dans la matinée, Matej Toth a remporté la toute première médaille d’or aux championnats du monde de Slovaquie avec une victoire écrasante au 50 km à pied masculin.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest