Plus de 1000 athlètes russes au dopage "institutionnalisé" – Rapport McLaren

Le sport international a été "détourné" par les Russes, selon l'avocat canadien qui a précédemment accusé la Russie de tricherie "parrainée par l'État".

Dans son nouveau rapport pour l'Agence mondiale antidopage, il a confirmé avoir transféré des échantillons aux Jeux olympiques d'hiver de Sochi en 2014 et que le sel et le café avaient été utilisés pour manipuler des échantillons lors de contrôles par des experts internationaux.

Plus de 1 000 athlètes participant aux Jeux olympiques et paralympiques d'été et d'hiver "peuvent être identifiés comme étant impliqués ou bénéficiant de manipulations pour dissimuler des tests positifs", indique le rapport.

Des informations sur 695 athlètes olympiques d’été et d’hiver ont été envoyées aux fédérations sportives. Il n'a pas donné de nom mais a déclaré que "les athlètes de niveau élite bien connus" avaient subi des tests déclarés à l'AMA "falsifiés".

"Une dissimulation qui a évolué au fil des années, passant d'un chaos incontrôlé à une stratégie et à un complot institutionnalisés et disciplinés, qui a permis de remporter des médailles", a déclaré McLaren en présentant son rapport.

Selon le rapport de McLaren, le dopage aurait commencé vers 2011, mais le ministère des Sports dirigé par Vitaly Mutko, désormais vice-Premier ministre, a pris le contrôle de 2012, craignant que la fraude ne soit détectée.

"Un complot institutionnel a existé entre les athlètes de sports d'été et d'hiver qui ont participé aux côtés de responsables russes au ministère des Sports et de ses infrastructures", a déclaré McLaren.

"Ces activités ont été soutenues par de hauts responsables russes, y compris le ministre et le sous-ministre des Sports."

Mutko, qui a nié toute implication, n'a pas été personnellement nommé. Le Comité international olympique lui a interdit d'assister aux Jeux olympiques de Rio en août, mais il a depuis été promu par le président Vladimir Poutine.

Questionné sur sa réaction à la promotion de Mutko, McLaren a répondu "Non, je ne suis pas surpris."

"Pendant des années, les Russes ont détourné sans le savoir les compétitions sportives internationales", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

"Les entraîneurs et les athlètes ont concouru sur un terrain accidenté. Les amateurs de sport et les spectateurs ont été trompés."

Dopage organisé depuis les Jeux olympiques de 2012

McLaren a déclaré que l'on pouvait faire confiance aux officiels russes "mais ils doivent se réformer eux-mêmes".

Le système a été "perfectionné" lors des préparatifs des Jeux olympiques de Londres en 2012, puis pour les Universiades de 2013, les championnats du monde d'athlétisme à Moscou en 2013 et en particulier pour les Jeux de 2014 à Sotchi.

La Russie a remporté 24 médailles d'or, 26 médailles de bronze et 32 ​​médailles de bronze à Londres, sans échec aux tests à l'époque.

Il a ajouté qu'il était prouvé que le "lavage" des échantillons avant que Londres ne participe au moins chaque semaine à l'athlétisme et à l'haltérophilie.

"L'équipe russe a corrompu les Jeux de Londres à une échelle sans précédent."

Le premier rapport de McLaren, publié en juillet, avait entraîné l'interdiction des Jeux olympiques de Rio à plus de 110 athlètes russes, mais avait également provoqué un fossé majeur entre le CIO et l'AMA.

Il a ajouté que ces conflits internes devaient cesser pour pouvoir lutter contre le dopage mondial.

Le rapport constitue un nouveau coup dur pour la Russie, qui lutte déjà pour revenir dans l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) à la suite d'une enquête antérieure.

La Russie a déclaré que le précédent rapport McLaren manquait de précision et nécessitait un complément d'enquête.

Le nouveau ministre des Sports, Pavel Kolobkov, ancien champion d’escrime olympique, a déclaré jeudi que le pays avait "déclaré la guerre" contre le dopage. Les efforts de la Russie suscitent toutefois de nombreux doutes.

L'IAAF et l'AMA s'en tiennent à leur suspension de la Russie, ce qui signifie que le pays pourrait ne pas être en mesure de participer aux championnats du monde d'athlétisme en août.

Le président de l'AMA, Craig Reedie, a déclaré le mois dernier que la Russie était loin de revenir dans l'instance mondiale.

Des responsables antidopage se sont plaints de l'absence d'accès aux villes fermées où se préparent des athlètes et également à un laboratoire de Moscou où sont conservés des échantillons recherchés par les fédérations sportives internationales.

Des athlètes russes et d’autres États d’Europe de l’Est ont dominé la liste des arnaqueurs lors des nouveaux tests sur 1 243 échantillons prélevés aux Jeux olympiques de Beijing et de 2012 à Londres.

La star du tennis, Maria Sharapova, fait partie des nombreux Russes condamnés à une interdiction en raison de défaillances du dopage au cours des 18 derniers mois.

Le directeur médical du CIO, Richard Budgett, a déclaré mercredi qu'il y avait d'autres mauvaises nouvelles à attendre des tests de Londres qui ne sont pas encore terminés.

"Il y aura beaucoup plus à venir dans les semaines et les mois à venir", a averti Budgett sans préciser les pays impliqués.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest