NZ vs AUS: l’Australie remporte le titre de la Coupe du monde Maiden T20 en surclassant la Nouvelle-Zélande en finale

L’Australie a remporté son premier titre de Coupe du monde T20, écrasant la Nouvelle-Zélande de huit guichets lors de la finale au Dubai International Stadium dimanche. Après avoir été battus par l’Angleterre lors de la finale de 2010 à Bridgetown, à la Barbade, les Australiens ne devaient pas être niés cette fois-ci car ils ont produit une brillante performance au bâton dans la poursuite pour surclasser complètement la Nouvelle-Zélande. Mitchell Marsh (77 ans non retiré) et David Warner étaient les vedettes à la poursuite de l’Australie tandis que Josh Hazlewood s’est distingué avec le ballon en main.

Poursuivant une cible rigide de 173, les Australiens ont révisé le score de la Nouvelle-Zélande avec sept balles restantes.

L’Australie a bien commencé avec Warner atteignant quelques limites. Cependant, les difficultés d’Aaron Finch au sommet de l’ordre se sont poursuivies alors que Trent Boult l’envoyait faire ses bagages pour seulement 5.

Mitchell Marsh est sorti pour frapper à la chute du guichet de Finch et a immédiatement touché le sol en courant, écrasant un six et quatre quatre consécutifs sur les trois premières balles auxquelles il a fait face. Le polyvalent australien n’a pas regardé en arrière après cela et a commencé à soumettre la formation de bowling néo-zélandaise.

Si le barrage de Marsh ne suffisait pas, les quilleurs néo-zélandais ont également dû faire face à un Warner en forme, qui a également trouvé la limite à volonté.

Warner a été le premier à marquer son demi-siècle, frappant un six de James Neesham pour atteindre le point de repère.

Warner et Marsh ont ajouté 92 courses sur seulement 59 balles pour mettre l’Australie en contrôle total dans la poursuite.

Boult est revenu pour donner à la Nouvelle-Zélande une percée bien nécessaire, supprimant le dangereux Warner pour 53, mais rien n’a pu arrêter Marsh.

Le polyvalent australien dégingandé a continué de tourmenter les quilleurs néo-zélandais, marquant également un demi-siècle. Il a été rejoint par Glenn Maxwell, qui a pris quelques livraisons pour démarrer, avant de prendre également le départ.

Marsh et Maxwell ont continué à trouver les limites car la Nouvelle-Zélande ne pouvait tout simplement pas trouver un moyen de garder les frappeurs australiens silencieux.

En fin de compte, Maxwell a terminé les choses avec une rampe inversée vers le troisième homme pour envoyer l’équipe en extase.

Plus tôt, mis au bâton, Martin Guptill et Daryl Mitchell ont donné à la Nouvelle-Zélande un solide départ. Mitchell, qui était le héros de la Nouvelle-Zélande en demi-finale contre le Pakistan, n’a pas réussi à reproduire sa performance et a été licencié par Josh Hazlewood pour 11.

Guptill et le capitaine Kane Williamson ont stabilisé les manches néo-zélandaises mais l’ont fait au prix du run-rate. Le duo a fait des progrès lents et les quilleurs australiens ont gardé les choses en laisse.

Mais tout a changé lorsque Williamson, au bâton sur 21, a été abandonné par Hazlewood dans les profondeurs. Williamson a soudainement appuyé sur l’accélérateur et écorché l’attaque australienne. Malgré la perte de Guptill, le skipper néo-zélandais continue d’attaquer les Australiens.

Promu

L’élégant droitier a déchiré Mitchell Starc alors que la Nouvelle-Zélande a atteint un gros total. Hazlewood est revenu pour éliminer Glenn Phillips et Williamson dans le même sens. Williamson est tombé pour 85 seulement 48 balles dans ce qui a été l’une des manches les plus mémorables de toute Coupe du monde T20.

James Neesham a fourni des feux d’artifice tardifs alors que la Nouvelle-Zélande a affiché 172 pour quatre dans leurs 20 overs.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest