Nico Rosberg remporte le Grand Prix d'Australie d'ouverture

Nico Rosberg a profité du départ lent de sa pole, son coéquipier champion du monde, Lewis Hamilton, et de sa stratégie de pneus supérieure à celle de Ferrari pour remporter dimanche le Grand Prix d'Australie, qui ouvrira la saison. (Lire plus d'histoires de F1 ici)

L'Allemand a remporté son quatrième Grand Prix et son 15ème au général après avoir enchaîné les trois dernières courses de 2015 pour battre son rival Mercedes, Hamilton, de huit secondes.

Sebastian Vettel, de Ferrari, qui a dominé la grille de départ et était plus rapide que la paire Mercedes sur son super tendres avant de devoir changer de pneu au 36e tour, était troisième.

C’était une course remplie d’incidents: le double champion du monde McLaren, Fernando Alonso, s’éloignant d’un horrible accident à grande vitesse et la Ferrari de Kimi Raikkonen prenant feu dans la voie des stands.

L’équipe allemande dominante a maintenant remporté 33 des 39 dernières courses et c’était un beau triomphe pour Rosberg, qui a devancé Hamilton au classement des pilotes ces deux dernières saisons.

"La stratégie était cruciale aujourd'hui et je suis vraiment reconnaissante envers l'équipe. Le drapeau rouge était choisi et je suis ravi de suivre avec les médiums", a déclaré Rosberg.

"C'est le début mais c'est le départ parfait. Nous devons garder un œil sur les gars rouges (Ferrari)."

L'Australien Daniel Ricciardo a terminé quatrième dans son Red Bull, le Brésilien Felipe Massa cinquième dans un Williams et Romain Grosjean sixième pour les nouveaux arrivants Haas.

Hamilton, qui avait mené chaque séance d’essais et de qualifications pour la première course, s’éloignait lentement pour permettre à Vettel de se frayer un chemin à travers une ouverture étroite entre les deux Mercedes pour les battre au premier tour.

Rosberg s'est enfermé à l'intérieur du premier virage, obligeant Hamilton à reculer et à permettre à Raikkonen de les doubler à la sortie du virage à droite.

La perte de vitesse de Hamilton lui a coûté deux places supplémentaires à Max Verstappen et à Massa.

"J'ai adoré le fait que nous devions venir de très loin. J'ai eu beaucoup plus de mal lors de la première course et je vais le prendre comme un véritable bonus pour revenir de la septième place", a déclaré Hamilton.

Au 17e tour, Alonso eut un moment de grande émotion et fut chanceux de ne pas être sérieusement blessé dans un shunt spectaculaire avec Esteban Gutierrez dans un virage Haas imminent au troisième tour.

La McLaren d’Alonso s’est enfoncée dans le mur et s’est lancée dans une série de lancers violents avant de franchir le piège de gravier et de percuter une autre barrière en train de se désintégrer à l’impact.

L'ancien double champion du monde a été secoué mais indemne et est sorti rapidement de l'épave à peine reconnaissable.

La course a été signalée par des drapeaux rouges et les voitures sont revenues dans la voie des stands, tandis que des débris considérables ont été nettoyés de la piste.

En flammes

L’arrêt a gommé l’avantage de la paire Ferrari – et sa stratégie de pneus planifiée -, l’ensemble du peloton pouvant passer à un nouveau niveau de gomme avant de repartir derrière la voiture de sécurité après 18 tours sur 57.

La recrue indonésienne Rio Haryana n'a pas réussi à rejoindre le groupe, sa voiture Manor ayant des problèmes de transmission.

Vettel, toujours dans l'enceinte la plus molle, a de nouveau établi une avance après la reprise de Rosberg, Riccardo et Verstappen, Hamilton se classant sixième.

La Ferrari de Raikkonen est entrée dans les stands avec des flammes sortant de la boîte à air de sa voiture et le Finlandais a semblé sans panique pendant qu'un maréchal a éteint le feu au-dessus de sa tête alors qu'il sortait du cockpit pour se retirer.

Vettel a étiré son avantage au tour 3 à 3,7 secondes sur Rosberg, mais sa Ferrari commençait à avoir des difficultés avec son super-tendu avec Rosberg, qui ne serait pas obligé de s’arrêter à nouveau dans le complexe moyen pour réduire l’écart.

Vettel a opposé sa Ferrari au 36e tour et a rejoint la course avec des pneus tendres en quatrième position, laissant Rosberg en tête.

Hamilton, qui occupe désormais la troisième place avec son propre médium, a dépassé Ricciardo pour la seconde place au 42e tour, à 10 secondes de Rosberg, avec une avance de 15,8s sur Vettel.

Vettel, avec une gomme plus fraîche, a fermé sur Hamilton, mais son défi s’est terminé avec deux tours à faire quand il s’est bloqué à l’avant-dernier virage et a couru loin dans l’herbe.

"J'y suis allé si bien que le départ était de toute évidence méga. Nous nous sommes bien arrangés dans un rythme", a déclaré Vettel. "Vous pouvez affirmer que le drapeau rouge ne nous a pas aidés. Nous avons essayé d’être plus agressifs. Peut-être que cela n’a pas fonctionné, mais au final, je suis très heureux de la troisième place."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest