Naomi Osaka bat Victoria Azarenka pour remporter le titre en simple féminin de l’US Open 2020


La Japonaise Naomi Osaka est venue d’un set pour battre Victoria Azarenka, de Biélorussie, pour remporter l’US Open samedi et décrocher son troisième titre du Grand Chelem. Osaka, la quatrième tête de série, a vaincu son adversaire non classé 1-6, 6-3, 6-3 en 1 h 53 min dans un stade Arthur Ashe presque vide à Flushing Meadows. Cela a porté à trois le nombre de trophées majeurs de tennis d’Osaka, âgée de 22 ans, après ses victoires à l’US Open 2018 et à l’Open d’Australie 2019. Azarenka, 31 ans, a sprinté vers le premier set en seulement 26 minutes, dominant Osaka avec un taux de réussite de 88% à son premier service.

Le Japonais était inhabituellement bâclé, frappant 13 erreurs non forcées.

Azarenka a ensuite pris une avance de 2-0 dans le deuxième set avant qu’Osaka ne riposte pour briser le service de son adversaire à deux reprises et prendre une avance de 4-3.

L’élan avait rapidement basculé en faveur d’Osaka et elle s’est cassée une troisième fois pour amener le match vers un set décisif.

Osaka a profité de la première percée du troisième set dans le quatrième match lorsqu’elle a cassé le service d’Azarenka pour prendre une avance de 3-1.

Azarenka a ensuite raté une occasion en or de revenir dans le match, perdant trois points de rupture alors qu’Osaka se remettait de 0-40 pour prendre une avance de 4-1.

Azarenka a ensuite sauvé quatre points de rupture pour porter le score à 4-2 alors qu’elle se battait pour maintenir le combat en vie.

Quand elle a battu Osaka dans le septième match, le set était de retour au service.

Mais Osaka s’est immédiatement cassé après qu’Azarenka a poussé un coup droit large pour se laisser la possibilité de servir pour le match.

Au deuxième point de championnat d’Osaka, Azarenka a trouvé le chemin des filets.

Après avoir touché des raquettes avec son adversaire, Osaka s’est allongée au milieu du court et a levé les yeux vers le ciel pour célébrer.

Osaka était entré dans le tribunal avec un masque portant le nom de Tamir Rice, un garçon afro-américain de 12 ans qui avait été abattu par un policier blanc à Cleveland, Ohio en 2014.

Promu

Osaka, d’origine japonaise et haïtienne, portait différents masques honorant les victimes d’injustice raciale et de brutalité policière à chaque tour du tournoi.

Le champion de l’Open d’Australie 2019 a également revêtu des masques portant les noms de Breonna Taylor, Elijah McClain, Ahmaud Arbery, Trayvon Martin, George Floyd et Philando Castile.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest