Lionel Messi banni pendant trois mois après l'explosion de "corruption" du CONMEBOL

L'Argentine s'est vu refuser deux réclamations de pénalités lors de sa défaite 0-2 en demi-finale face aux hôtes, après quoi Messi a affirmé que le Brésil "gérait beaucoup à CONMEBOL ces jours-ci".

Et lorsqu’il a été sévèrement licencié au match suivant, que l’Argentine a remporté 2-1, il n’a pas pu contenir sa colère.

"La corruption et les arbitres empêchent les gens de profiter du football et ils le gâchent un peu", a déclaré Messi.

On lui a donné l'ordre après une bagarre en première mi-temps avec le capitaine chilien Gary Medel, au cours de laquelle des images télévisées suggéraient qu'il n'avait rien fait de mal.

La déclaration de la CONMEBOL sur son site Web ne précisait pas pourquoi Messi était punie mais indiquait que cela était lié aux articles 7.1 et 7.2 de son règlement disciplinaire.

Une de ces clauses parle de "comportement offensant, insultant ou de protestations diffamatoires de toutes sortes".

Une autre clause mentionne "la violation des décisions, directives ou ordonnances des organes judiciaires".

Cette interdiction signifie seulement que Messi ratera une poignée de matches amicaux, le prochain match de l’Argentine n’ayant pas encore lieu avant le début des qualifications en Amérique du Sud pour la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Cependant, Lionel Messi a déjà reçu une interdiction d’un match de la part de CONMEBOL pour son carton rouge contre le Chili, ce qui signifie qu’il manquera le premier de ceux-ci.

L'Argentine a deux matches amicaux alignés aux États-Unis en septembre contre le Chili et le Mexique et un autre en octobre en Allemagne.

Messi manquerait à ces trois-là, mais serait libre de jouer pour son pays à nouveau en novembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest