L'IAAF libère Paula Radcliffe et défend son programme de tests sanguins

L'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) a autorisé vendredi le détenteur du record du monde de marathon Paula Radcliffe à dénoncer des allégations de dopage et a rejeté les accusations selon lesquelles elle n'aurait pas agi sur des centaines de tests sanguins suspects, affirmant qu'elles n'avaient "aucune base scientifique ou juridique". (Paula Radcliffe, icône du marathon britannique, nie les allégations de dopage)

L'instance dirigeante de l'athlétisme a publié une réponse de 38 pages aux allégations des médias britanniques et allemands selon lesquelles elle aurait ignoré et toléré le dopage sanguin endémique dans le sport. (La Russie suspendue provisoirement par l'IAAF suite au scandale du dopage)

"L'IAAF n'est pas satisfaite du dopage dans son sport", a déclaré la fédération.

"Il continuera d'utiliser tous les outils à sa disposition pour lutter contre le dopage et protéger les athlètes propres."

Cette déclaration intervient quelques jours avant que le président de l'IAAF, Sebastian Coe, ne soit convoqué à une audience devant le Parlement britannique sur les allégations de dopage formulées par le journal Sunday Times et le radiodiffuseur allemand ARD.

Déjà sous le coup des révélations sur le dopage soutenu par le gouvernement en Russie et les accusations de corruption criminelle contre l'ancien président Lamine Diack, l'IAAF a déclaré qu'il était du devoir de rétablir les faits dans le dossier du dopage sanguin.

"L'IAAF ne peut rester sans rien faire alors que la confiance du public dans sa volonté de protéger l'intégrité de son sport est sapée par des accusations d'inaction / incompétence fondées sur de mauvais arguments scientifiques et juridiques", a-t-il déclaré.

L'IAAF a retenu le cas de Radcliffe, affirmant que le triple vainqueur du marathon de Londres était publiquement accusé de dopage "sur la base d'une interprétation erronée grossière de données brutes et incomplètes".

Les valeurs sanguines élevées relevées dans certains tests de Radcliffe avaient des explications "clairement plausibles" qui étaient "tout à fait innocentes", a déclaré l'IAAF.

L’IAAF a indiqué qu’elle avait ensuite procédé à des tests sur les échantillons d’urine et de sang de Radcliffe afin de détecter les transfusions sanguines d’EPO et que tous les résultats étaient négatifs. Il a déclaré avoir collecté 14 échantillons de sang de Radcliffe à des fins de dépistage de 2001 à 2008.

"Les circonstances dans lesquelles Radcliffe a finalement été publiquement accusé sont vraiment choquantes", a déclaré l'IAAF, ajoutant qu'elle avait été "poursuivie de manière irréprochable" par les médias jusqu'à ce qu'elle se sente obligée de se défendre publiquement.

"De toute évidence, ma réputation et celle du sport ont été endommagées, et c'est pourquoi j'ai pris position contre cela", a déclaré Radcliffe vendredi après la publication du communiqué de l'IAAF.

«Oui, c’était seulement moi qui me distinguais, mais il y a beaucoup d’autres athlètes innocents et propres qui ont ou pourraient produire une valeur atypique à un moment donné.

"C’est précisément pour cette raison que la confidentialité doit rester jusqu’à ce qu’un expert dûment qualifié l’examine et l’évalue."

L'agence nationale antidopage britannique a déclaré avoir également examiné les résultats des tests de Radcliffe et s'être déclarée convaincue de l'absence de poursuites.

"Les données ne fournissent aucune preuve qu'une quelconque procédure contre les violations des règles antidopage devrait être engagée", a déclaré l'Agence antidopage du Royaume-Uni.

Radcliffe, qui a pris sa retraite de la compétition cette année, a été publiquement impliqué lors d'une audience parlementaire britannique en août dans les allégations de dopage portées par les médias britanniques et allemands.

Elle a reconnu que ses données de test sanguin pouvaient avoir montré des "fluctuations" mais a insisté sur le fait qu'il n'y avait aucune "anomalie" et que les experts avaient conclu qu'elle n'avait rien fait de mal.

Radcliffe a établi le record du monde en remportant le marathon de Londres 2003 en deux heures, 15 minutes et 25 secondes. Elle a également remporté le marathon de New York à trois reprises (2004, 2007 et 2008) et le marathon de Chicago en 2002. Radcliffe a participé à quatre Jeux olympiques mais n'a jamais remporté de médaille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest