Lewis Hamilton ne s'est pas auto-détruit, dit Nico Rosberg

L’Allemand a remporté la victoire à Suzuka. Hamilton a terminé troisième, ce qui a permis à son équipe de s’étirer 33 points à quatre courses de la fin de la saison.

Hamilton s'est plaint d'avoir été victime d'un sabotage après avoir souffert d'un incendie de moteur à Malasyia le week-end dernier, ébouriffant les plumes dans le garage Mercedes.

Il a ensuite snobé les médias au Japon après avoir été critiqué pour avoir manipulé son téléphone portable et téléchargé des photos sur Snapchat lors d'une conférence de presse, ce qui a conduit un tabloïd britannique à le surnommer "Snap-Prat".

Malgré les preuves du contraire, Rosberg a nié que son coéquipier ait perdu le complot.

"Je n'ai vu aucune autodestruction", a-t-il insisté après sa neuvième victoire de l'année.

"Le Lewis que j'ai vu était très motivé. Je peux vous dire qu'il est aussi concentré que jamais.

"Il l'est toujours, surtout après un revers comme la Malaisie", a ajouté Rosberg.

"Il travaillait depuis très longtemps avec les ingénieurs. Cela dit, il s'agit de tirer le meilleur de moi-même et de ne pas se concentrer sur l'état d'esprit de Lewis."

Rosberg, dont le père finlandais Keke a remporté le titre de Formule 1 en 1982, refusait de compter ses poulets après avoir finalement gagné à Suzuka.

"Lewis est mon coéquipier, donc il va toujours se battre, mais il sera toujours difficile à battre", a déclaré Rosberg, qui a signé le meilleur temps en essais libres et s'est qualifié en pole dans un week-end extrêmement dominant à Suzuka.

"Je connais bien les 33 points bien sûr, mais il reste encore beaucoup de courses à disputer, je ne fais que baisser la tête."

Après avoir joué à demoiselle d'honneur à Hamilton ces deux dernières années, Rosberg est en pleine forme et prendra des risques après avoir enregistré sa quatrième victoire en cinq courses.

"Dès le début, je me suis senti vraiment à l'aise", a déclaré l'Allemand. "C’est l’une de ces pistes old-school, légendaires et un défi de taille car on ne peut pas se tromper n'importe où.

"Mais j'ai réussi à pousser jusqu'au bout et j'ai tout bien compris, donc ce week-end a vraiment été parfait."

Invité à révéler le secret de son comportement glacial, Rosberg haussa les épaules.

"Pour moi, ce n'est qu'un processus", a-t-il déclaré. "(Je) pousse dans toutes les directions en essayant juste d'être meilleur à chaque fois. J'adore me pousser à des niveaux plus élevés."

Rosberg ne pouvait toutefois pas résister aux manœuvres les plus sournoises à Hamilton, lorsqu'on lui a demandé comment il gérait le décalage horaire avec la prochaine course qui se déroulerait à Austin, au Texas, dans deux semaines.

"En fait, Lewis devrait être le maître", dit-il, faisant apparemment référence au célèbre style de vie de playboy de Hamilton.

"Si vous avez besoin de conseils à ce sujet, vous devez le lui demander car je pense qu'il est un génie."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest