Le président du PSG Nasser Al-Khelaifi acquitté, Jerome Valcke condamné à une peine avec sursis lors d’un procès pour les droits de la télévision


Le président du Paris Saint-Germain, Nasser Al-Khelaifi, a été acquitté vendredi par un tribunal suisse de corruption pour l’attribution des droits de télévision de la Coupe du monde, tandis que l’ancien numéro deux de la FIFA, Jérôme Valcke, a été condamné à 120 jours de prison avec sursis pour une accusation secondaire et à une amende de 1,65. millions d’euros (1,92 million de dollars). Al-Khelaifi, le président de beIN Media, a été innocenté de l’incitation à une mauvaise gestion criminelle aggravée, Valcke a été reconnu coupable d’une accusation distincte de falsification de documents liés à l’attribution des droits télévisés italiens et grecs pour la Coupe du monde.

Valcke a été condamné à verser 1,65 million d’euros d’indemnisation à la FIFA, dont 400 000 euros dans l’affaire principale, ainsi que 80 000 francs suisses (87 000 dollars) de frais de justice.

« Les prévenus reçoivent un carton jaune, mais pas plus », a conclu le président du tribunal, Stephan Zenger.

Un Marc Bonnant ravi, l’un des avocats d’Al-Khelaifi, a été entendu dire à l’extérieur du tribunal qu’ils avaient «débogué» les poursuites.

Les procureurs avaient appelé à une peine d’emprisonnement de trois ans pour Valcke et à une peine de 28 mois pour Al-Khelaifi après 10 jours d’audiences devant le Tribunal pénal fédéral suisse de Bellinzone en septembre.

Ils ont également demandé 30 mois pour l’homme d’affaires grec Dinos Deris – avec suspension partielle dans les trois cas. Deris a été déclaré non coupable vendredi d’une accusation de « corruption privée ».

Il s’agit du premier jugement rendu en Suisse, siège de la plupart des organisations sportives internationales, dans la vingtaine de procédures ouvertes au cours des cinq dernières années impliquant la FIFA.

Deux anciens dirigeants du football latino-américain ont été emprisonnés aux États-Unis.

«Après une campagne incessante de quatre ans contre moi qui a ignoré les faits de base et la loi à chaque instant, j’ai finalement, complètement et complètement blanchi mon nom. Le verdict d’aujourd’hui est une justification totale», a déclaré Al-Khelaifi dans un communiqué.

« Cela rétablit ma foi dans la primauté du droit et dans une procédure régulière, après quatre ans d’allégations sans fondement, d’accusations fictives et de dénigrement constant de ma réputation – qui se sont tous avérés être totalement et totalement infondés. »

« Je peux désormais consacrer toute mon énergie à mes différents rôles, qui sont tous axés sur la construction d’un avenir positif pour le sport mondial – à un moment où l’industrie a le plus besoin d’un leadership fort », a-t-il ajouté.

Valcke, l’ancien bras droit du président disgracié de la FIFA Sepp Blatter, et Al-Khelaifi ont été accusés d’un « accord corrompu » sur l’extension par le radiodiffuseur qatari beIN de ses droits médiatiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient pour les années 2026 et 2030 Coupes du monde.

Villa de luxe en question

Le parquet a déclaré que Valcke avait sollicité l’aide du Qatar à l’été 2003 pour acheter une villa de luxe en Sardaigne, à un moment où beIN négociait l’extension.

Le procureur a déclaré qu’Al-Khelaifi avait acquis la maison pour cinq millions d’euros (5,85 millions de dollars), via une société qui a été transférée presque immédiatement au frère de l’un de ses proches collaborateurs, avant qu’elle ne soit mise à la disposition de Valcke.

Les deux hommes ont nié tout acte répréhensible et ont déclaré que l’accord était un accord « privé », sans rapport avec le contrat conclu par beIN avec la FIFA en avril 2014.

Le parquet a déclaré que Valcke s’était engagé à «faire ce qui était en son pouvoir» pour s’assurer que beIN remporterait le contrat et aurait dû déclarer l’accord de Villa Bianca à ses employeurs.

Ils ont déclaré qu’il avait subi des pressions de la part d’Al-Khelaifi pour nuire illégalement aux intérêts de la FIFA.

Les accusés avaient fait valoir que l’accord, que la FIFA n’a jamais tenté de défaire, était « en or » et « sublime » puisque les 480 millions de dollars payés par beIN pour les deux Coupes du monde étaient 60% de plus que pour les Coupes du monde 2018 et 2022, quand il n’a fait face à aucune concurrence.

« Rien n’indique que la FIFA aurait pu obtenir un contrat plus avantageux », a déclaré le tribunal dans sa décision.

Les procureurs suisses ont abandonné une accusation de corruption avant que l’affaire ne soit jugée en raison d’un règlement à l’amiable en janvier entre Al-Khelaifi et la FIFA, qui a ensuite retiré sa plainte contre lui.

Promu

Valcke, qui purge actuellement une interdiction de football de 10 ans, a également été accusé d’avoir reçu des pots-de-vin totalisant 1,25 million d’euros de Deris, en trois paiements du Liechtenstein, pour influencer l’attribution des droits médiatiques à l’Italie et à la Grèce pour les Coupes du monde et autres tournois entre 2018. et 2030.

Il a été innocenté des accusations les plus graves d’acceptation de pots-de-vin et de mauvaise gestion criminelle aggravée, mais a été condamné à une peine de prison avec sursis pour faux.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest