Le ministre russe des Sports prêt à créer une nouvelle agence antidopage

La Russie pourrait envisager de créer une nouvelle agence antidopage, a annoncé le ministre des Sports vendredi lors d'une réunion de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) qui pourrait discuter de la question de la suspension par la Russie de ses allégations de dopage. (La Russie confrontée à l'exil alors que l'IAAF décide du destin du dopage)

Le ministre russe des Sports, Vitaly Mutko, a déclaré à l'agence de presse R-Sport que Moscou était prêt à réformer ou à "créer une nouvelle organisation antidopage" si l'IAAF ou l'Agence mondiale antidopage (AMA) le lui demandait.

Un rapport publié lundi par une commission indépendante de l'AMA a diffusé lundi des allégations à la bombe de dopage systématique parmi les athlètes d'athlétisme et de corruption à grande échelle en Russie.

La commission dirigée par l'AMA a déclaré que les officiers du contrôle antidopage de l'agence russe RUSADA avaient "systématiquement" accepté des pots-de-vin de la part d'athlètes pour s'assurer que leurs tests de dopage seraient jugés négatifs, parmi d'autres résultats accablants. (Le président Vladimir Poutine ordonne une action sur le scandale du dopage en Russie)

Le directeur du laboratoire antidopage de Moscou a démissionné mardi, après la suspension de l'installation par l'AMA, le premier cuir chevelu revendiqué par le scandale des athlètes russes.

L’IAAF doit tenir une téléconférence vendredi après avoir demandé à Moscou de répondre aux allégations contenues dans un rapport sans réserve.

La fédération russe d'athlétisme a déclaré qu'elle avait envoyé sa réponse au rapport à l'IAAF jeudi soir afin de prouver "l'innocence" du pays. (L'Australie et le Royaume-Uni soutiennent l'interdiction du dopage par les Jeux olympiques russes)

La réaction de Moscou au scandale a été mitigée, certains responsables ayant qualifié les accusations de "non fondées", tandis que le président Vladimir Poutine avait ordonné à ses autorités sportives de réprimer tout acte répréhensible.

Le président du Comité olympique russe, Alexander Joukov, s'est rendu jeudi en Suisse pour rencontrer le président du Comité international olympique, Thomas Bach.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest