Le coaching à la base est important, déclare l'instructeur de l'AIBA, Andile Mofu

Coaching des entraîneurs. C'est ce qu'Andile Mofu a mis au point tard. L'entraîneur de boxe, âgé de 52 ans, est un instructeur certifié de l'AIBA, l'organe directeur de la boxe mondiale, et a entraîné les pugilistes sud-africains entre 1997 et 2012. Présentement à Guwahati pour les championnats du monde féminins juniors de l'AIBA, l'homme de Port Elizabeth partage les ficelles du métier avec les entraîneurs locaux. Il fait partie du programme Gloves Up de l'AIBA, qui vise les entraîneurs de boxe de base, plutôt que les entraîneurs d'élite.

"Entraîner à la base est important", a déclaré Mofu à NDTV à Guwahati. "D'où vient Mary Kom? De la base. C'est là que le talent doit être déniché, et pour cela, les entraîneurs ont besoin de compétences particulières. La façon dont vous formez un jeune de 9 à 12 ans qui ne sait probablement rien de la boxe est différente de la vous enseigneriez à un boxeur de niveau moyen ou élite ", déclare Mofu.

En tant que projet pilote, une trentaine d’entraîneurs d’Assam ont été choisis pour apprendre les méthodes d’entraînement mises à jour de Mofu dans une clinique de trois jours. Beaucoup d'entre eux, comme Shahida Khatun de Tejpur, sont toujours eux-mêmes des boxeurs. "Je fais toujours de la compétition au niveau du district, mais j'enseigne aussi une trentaine de filles dans ma région", dit-elle. "Je n'ai jamais suivi de cours comme celui-ci auparavant. Ce qu'ils nous disent, c'est que lorsque vous enseignez aux enfants à partir du bas, vous ne pouvez pas passer à des méthodes avancées, car c'est ce à quoi vous êtes habitué. Il est également important de devenir amis avec le enfants tout en les enseignant. Si vous êtes très sévère, ils auront peur de vous poser des questions et risquent même de ne plus venir pour la pratique. "

Le programme de trois jours comprend des cours théoriques et pratiques et a été lancé au bon moment, selon les entraîneurs locaux. "Il n'y a pas eu de fédération de boxe pendant plus de 3 ans et beaucoup de gens se sont égarés", a déclaré l'entraîneur local Abhishek Sah. "Ils ont démarré ce programme avec Assam et l’établiront lentement dans d’autres États."

L'AIBA voit indéniablement l'Inde comme une puissance potentielle en boxe. Dans les prochains mois, l'Inde accueillera également les championnats du monde seniors de boxe masculine et féminine. Et des programmes comme celui-ci aideront certainement à perfectionner le talent de nombreux autres jeunes boxeurs à travers le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest