Le chef des Jeux du Commonwealth déclare que le boycott n'a pas été menacé par l'Inde

La chef des Jeux du Commonwealth, Louise Martin, a déclaré que le tournage ne ferait pas partie de l'édition 2022 à Birmingham, malgré la menace de l'Inde de boycotter l'événement en entier pour protester. Martin, président de la Fédération des Jeux du Commonwealth, a déclaré au journal britannique Daily Telegraph que la décision d'exclure le programme du tir pour la première fois depuis 1974 était une question de logistique. Le tir a été une discipline à haut rendement pour l'Inde, les tireurs ayant remporté 16 des 66 médailles du pays, dont sept d'or, aux Jeux de la Gold Coast l'an dernier.

Le président de l'Association olympique indienne (AIO), Narinder Batra, a suggéré au pays de boycotter les Jeux de Birmingham pour protester contre cette décision. Le mois dernier, il a sollicité l'approbation du ministre des Sports, Kiren Rijiju.

"Un sport doit mériter le droit d'être aux Jeux", a déclaré Martin au journal.

"Le tir n'a jamais été un sport obligatoire. Nous devons y travailler mais le tir ne sera pas aux Jeux. Nous n'avons plus d'espace."

L’Association olympique indienne (IOA) n’a pas pu être immédiatement contactée pour commenter.

The Telegraph a annoncé que l'offre de Birmingham d'organiser deux tournois de tir avait été refusée par la Fédération internationale de tir sportif, qui souhaitait un programme complet.

Le centre le plus proche de Birmingham, que les organisateurs ont jugé capable d'organiser un programme de tournage complet, se trouvait à Bisley, dans le Surrey, à environ 209 km.

Selon le rapport, Martin tenterait de rencontrer des responsables du côté indien et avait également l'intention de s'entretenir avec le ministre des Sports britannique, Nigel Adams.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest