L'Australie revient à Sebastian Coe après le rapport de l'AMA


Sydney:

Les chefs d'athlétisme australiens ont soutenu vendredi Sebastian Coe pour nettoyer le sport, qui, selon lui, avait été massivement compromis par des scandales de dopage avec la confiance de toutes les parties prenantes «exploitées».

Un deuxième rapport compilé par une commission indépendante de l'Agence mondiale antidopage (AMA) a déclaré jeudi que le Conseil de l'IAAF, qui comprenait Coe, "ne pouvait pas ignorer l'ampleur du dopage dans l'athlétisme". (Coe insiste sur le fait qu'il n'y a pas eu de dissimulation)

Malgré ces conclusions, le président de la commission Dick Pound a déclaré que le double champion olympique du 1500 m restait le meilleur homme pour réformer l'IAAF après des années de corruption et de népotisme présumés sous son prédécesseur sénégalais Lamine Diack.

Le chef d'Athletics Australia, Phil Jones, a convenu que le Britannique devrait rester président de l'IAAF pour aider à restaurer la réputation de l'organisation.

"Nous reconnaissons qu'il y a énormément à faire pour restaurer la crédibilité du sport de l'athlétisme", a-t-il déclaré.

"Nous partageons la confiance que … Dick Pound a placé en Sébastien Coe comme étant la bonne personne pour mener l'IAAF dans une nouvelle ère."

L'athlétisme mondial a été secoué par une série d'allégations de dopage, Diack faisant l'objet d'une enquête de la part des procureurs français pour avoir prétendu avoir accepté des pots-de-vin pour étouffer les tests positifs d'athlètes russes.

Coe a fait l'éloge de Diack lorsqu'il a battu Sergey Bubka lors d'une élection pour succéder aux Sénégalais en disgrâce en août.

Jones a déclaré que l'absence d'une structure de gouvernance solide et globale de l'IAAF et de lignes de responsabilité claires "a permis des pratiques qui ont compromis l'intégrité de tout le sport de l'athlétisme".

«La confiance de toutes les parties prenantes de l'athlétisme, notamment les athlètes, les administrateurs, les fédérations et les supporters, a été exploitée à travers l'existence de ce que nous comprenons maintenant être une 'structure de gouvernance informelle illégitime' à l'extérieur, mais directement associée à l'IAAF et à ses unité antidopage », a-t-il ajouté.

"Athletics Australia considère les conclusions exposées (dans le rapport de l'AMA) comme le tournant pour la direction de l'IAAF.

«Nous réitérons notre position inébranlable contre le dopage dans le sport et exigeons que l'IAAF, sous la direction du président Seb Coe, prenne toutes les mesures nécessaires pour offrir des conditions de concurrence équitables à tous les athlètes du monde entier. Nous voulons voir de vraies actions avant Rio 2016.»

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest