L'AITA pourrait demander à l'ITF d'envisager un lieu neutre pour le match nul de la Coupe Davis au Pakistan

Face à la montée des tensions diplomatiques avec le Pakistan, la fédération nationale indienne de tennis est susceptible d'approcher l'ITF, la fédération mondiale du sport, à la recherche d'un lieu neutre pour disputer le match de Coupe Davis contre ses voisins, initialement prévu à Islamabad. Suite à la révocation des dispositions de l'article 370 du Jammu-et-Cachemire par le gouvernement d'union, qui a supprimé le statut spécial de l'État, le Pakistan a dégradé mercredi les relations diplomatiques avec l'Inde. L'envoyé indien au Pakistan a été invité à quitter le pays.

"Cela pourrait affecter la rencontre. Il est trop tôt pour le dire, mais ce que j'ai l'intention de faire est d'attendre un ou deux jours pour voir comment la situation évoluera. Nous demanderons ensuite à l'ITF (Fédération internationale de tennis) d'examiner la situation et Prenez un appel. Et si nécessaire, envisagez un lieu neutre ", a déclaré le secrétaire général de l'AITA, Hironmoy Chatterjee, à la PTI.

La rencontre est prévue les 14 et 15 septembre dans la capitale pakistanaise et la fédération avait entamé le processus d'obtention de visas pour les joueurs.

"S'ils (le Pakistan) n'émettent pas de visas, comment allons-nous au Pakistan? Ils pourraient ne pas délivrer de visas. Et s'ils donnent des visas, pourront-ils nous donner une sécurité adéquate pour que nous nous sentions à l'aise?" Il a expliqué les nombreux problèmes auxquels l'AITA est actuellement confrontée.

Aucune équipe indienne de la Coupe Davis n’est allée au Pakistan depuis 1964 et les relations bilatérales de cricket entre les deux pays sont en sommeil depuis l’attaque terroriste de 2008 à Mumbai.

"Le Pakistan a eu beaucoup de liens sur des sites neutres. Nous allons donc nous adresser à l'ITF pour un lieu neutre car la situation est très délicate en ce moment. Ils doivent prendre un appel.

"Mais nous ne dirons pas que nous n'irons pas au Pakistan. Je ne veux pas prendre cette route, je ne veux pas que l'équipe soit pénalisée", a ajouté le responsable de l'AITA.
Et si l’ITF refusait de renverser la tendance, Chatterjee a déclaré: "Les paramètres de sécurité sont définis par l’ITF, pas par nous. En cas de problème, la responsabilité en incombera à l’ITF. C’est pourquoi ils doivent se pencher sur la question. de manière appropriée. "

Chatterjee a déclaré que dans le scénario actuel, ils demanderaient également le point de vue du gouvernement central.

"Les relations avec l'AITA et la Fédération de tennis du Pakistan sont très cordiales, mais c'est un problème entre deux pays. Nous allons attendre, puis nous approcherons à la fois de l'ITF et de notre gouvernement", a-t-il déclaré.

L'AITA avait précédemment affirmé que le ministère des Sports n'avait formulé aucune objection à ce que l'équipe se rende au Pakistan. Il avait également affirmé que l'AITA n'avait besoin ni de l'approbation du ministère de l'Intérieur ni de celle du ministère des Affaires extérieures pour envoyer des joueurs au Pakistan.

Lorsque Hong Kong a refusé de se rendre au Pakistan en 2017 pour les demi-finales du groupe II, leur fédération a été condamnée à une amende de 10 000 USD par l'ITF, qui a également rétrogradé l'équipe dans une zone inférieure du groupe Asie / Océan.

Si l’Inde perd la égalité, l’équipe sera obligée de se battre dans le Groupe II l’année prochaine et de faire son chemin dans les années suivantes.
Il y a quatre groupes dans la zone Asie / Océanie, I étant le plus élevé et IV le plus bas.

Cependant, si les joueurs et les officiels indiens ne sont pas dotés de visas, l'ITF ne pourra pas tenir l'AITA pour responsable de l'égalité et la Fédération de tennis du Pakistan (PTF) sera responsable de cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest