L'agence nationale antidopage interdit le meilleur athlète indien pour avoir échoué au test de dopage

La star russe Maria Sharapova, ancienne n ° 1 mondiale du circuit de tennis féminin, avait également été testée positive pour la même substance à l'Australian Open en 2016.

Gênée après la suspension provisoire d'un athlète d'athlétisme pour possession de substance interdite, la Fédération indienne d'athlétisme cherchera des détails sur l'incident auprès de ses entraîneurs en poste à Patiala avant de décider du prochain plan d'action.

L'athlète qui n'a pas encore été nommé a été suspendu par l'Agence nationale antidopage (NADA) après avoir été attrapé avec meldonium à l'Institut national des sports de Patiala.

La Fédération indienne d’athlétisme (AFI), aux prises avec la menace du dopage depuis plusieurs années, est devenue une petite cohue et téléphonerait aux entraîneurs de Patiala pour obtenir des précisions.

"L'AFI prévoit d'appeler les entraîneurs, qui sont en poste à NIS, pour se renseigner sur l'incident. Il y aura une réunion interne pour déterminer la voie à suivre", a déclaré un responsable de l'AFI à la PTI.

L'athlète est confronté à la perspective d'une interdiction de quatre ans si la culpabilité est établie et il a jusqu'à lundi prochain pour expliquer ses actions.

"Nous avons mené une opération de recherche à l'auberge NIS Patiala en collaboration avec les autorités de l'ISC et avons découvert la substance interdite en possession d'un athlète d'athlétisme", a déclaré le chef de la NADA, Navin Agarwal.

"Cette opération de recherche a eu lieu le mois dernier. Je ne peux pas révéler l'identité et les détails de l'athlète et il / elle a été mis en suspension provisoire. Il a été laissé jusqu'à lundi pour expliquer la raison de la possession de la substance interdite." .

"Il fera face au panel disciplinaire antidopage de la NADA et, s'il est reconnu coupable, se verra imposer une interdiction maximum de quatre ans", a-t-il ajouté.

Agarwal, cependant, a démenti qu'il s'agissait du premier cas impliquant du meldonium, une substance qui a fait les gros titres de l'actualité mondiale après que la star du tennis Maria Sharapova eut eu un résultat positif.

"Ce n’est pas le premier cas de dopage impliquant du meldonium, mais c’est le premier cas de NADA accusant un sportif de possession de substance interdite.

"Ceci est régi par les nouvelles règles (AMA / NADA) en vigueur à partir de janvier 2015 selon lesquelles la possession d'une substance interdite est également déclarée illégale. Cela n'a pas encore été mis en œuvre et c'est la première fois que nous appliquons cette règle dans le pays, " il expliqua.

Agarwal a également exclu toute enquête contre l'entraîneur de l'athlète à partir de maintenant.

"L'entraîneur ne fait pas encore l'objet d'une enquête, mais si l'athlète dit que la substance a été fournie par l'entraîneur, nous examinerons la question", a-t-il déclaré.

L’AFI a récemment connu des scandales de dopage très médiatisés: le sprinteur Dharambir Singh, qui a été exclu des Jeux olympiques de Rio après avoir été testé positif à un stéroïde anabolisant.

Il a ensuite été interdit pendant huit ans. Le lanceur de poids Inderjeet Singh était un autre athlète de haut niveau à avoir raté un test de dopage.

(Avec les contributions des agences)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest