La médaillée d'argent olympique turque au 1500m enquête sur le dopage

Le médaillé d'argent olympique du 1500 mètres Gamze Bulut, de Turquie, fait l'objet d'une enquête de la part de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme pour une possible violation des règles antidopage, le cinquième coureur de la finale olympique de 2012 à faire face à des allégations de drogue. (Lire plus d'histoires de sport ici)

La Fédération turque d'athlétisme a déclaré lundi que l'IAAF avait demandé à Bulut de se défendre contre les irrégularités de son passeport biologique, qui surveille l'évolution du profil sanguin d'un athlète à la recherche de signes de dopage.

Selon la télévision turque NTV, l'IAAF a découvert des anomalies dans les échantillons de sang de Bulut datant de 2011, 2012 et 2013, et le coureur de 23 ans est suspendu dans l'attente de l'enquête.

"L'IAAF ne fait aucun commentaire sur des affaires de dopage en cours d'investigation ou en cours de procédure de gestion des résultats", a déclaré l'organisation mondiale dans un communiqué à l'Associated Press.

Bulut a terminé deuxième au 1500 m aux Jeux olympiques de Londres derrière son compatriote turque Asli Cakir Alptekin, qui a depuis été dépouillé de sa médaille d'or et purge une interdiction de dopage de huit ans.

Bulut était sur le point de passer à l’or mais est maintenant le cinquième athlète de la finale olympique à faire face à des allégations de dopage. Sa médaille d'argent pourrait maintenant être en danger.

Outre Alptekin, Nataliya Kareiva de Biélorussie et l'athlète russe Yekaterina Kostetskaya, qui ont terminé respectivement septième et neuvième, ont depuis été interdites pour des anomalies de passeport biologique.

Abeba Aregawi, qui a terminé cinquième à Londres, a été suspendu la semaine dernière dans l'attente d'une enquête après avoir été contrôlé positif à une substance interdite. Aregawi, championne du monde en 2013, est née en Éthiopie mais représente maintenant la Suède.

La Russe Tatyana Tomasheva, qui a terminé quatrième à Londres, avait déjà purgé une interdiction de dopage.

Après avoir pris connaissance de l’enquête Bulut, la coureuse américaine Shannon Rowbury – qui s’est classée sixième à Londres – a déclaré avoir terminé deuxième parmi les athlètes qui n’avaient pas été testés positifs au cours de leur carrière.

Rowbury a publié une déclaration sur la plate-forme de vidéo sociale Unscriptd et publiée sur YouTube.

"Alors que ces femmes faisaient leur tour de victoire dans le stade olympique de Londres, je pleurais pendant mon calme, puis je pleurais … essayant de me maîtriser pour faire face à ma famille avec le sourire et leur dire que j'allais bien. ," dit-elle. "Ces tricheurs volent des médailles à des gens comme moi et à mes concurrents."

"Cette nouvelle m'a laissé le sentiment que mon meilleur est et peut être suffisant", a ajouté Rowbury.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest