La Malaisie peut «faire une pause» avec la Formule 1

Les coûts élevés, combinés à la baisse des ventes de billets et au nombre de téléspectateurs, ont fait chuter les recettes, selon des responsables qui se rencontreront plus tard dans la semaine pour discuter de l'avenir de la course.

"Les locaux n'achètent pas les billets pour regarder la F1", a déclaré à l'AFP Razlan Razali, directeur général du Circuit international de Sepang (SIC), qui organise les courses. "S'il n'y a pas de valeur économique, pourquoi devrions-nous continuer. Nous ferions mieux de prendre une pause temporaire."

Razlan a déclaré que l'énorme circuit pouvait accueillir 120 000 spectateurs, mais que le nombre de spectateurs cette année pour la course de week-end n'était que d'environ 45 000, aggravé par les mauvaises cotes d'écoute télévisées de la journée.

L'hébergement de la F1 était "très coûteux … cela représente des millions de dollars", a-t-il ajouté.

Dans des commentaires sur Twitter plus tôt, le ministre des Sports, Khairy Jamaluddin, a déclaré que la concurrence d'autres sites extérieurs à la Malaisie faisait également des victimes et que le nombre de touristes étrangers participant à la course diminuait.

"Lorsque nous avons accueilli la F1 pour la première fois, c'était une grosse affaire. D'abord en Asie, à l'extérieur du Japon. Maintenant, autant de sites. Aucun avantage pour les premiers arrivés. Ce n'est pas une nouveauté."

"Baisse des ventes de billets de F1, baisse du nombre de téléspectateurs. Les visiteurs étrangers sont en baisse car ils peuvent choisir Singapour, la Chine et le Moyen-Orient. Les retours ne sont pas aussi importants."

"Je pense que nous devrions arrêter d'accueillir la F1. Au moins pour un temps. Le coût est trop élevé, les retours sont limités."

Le circuit international de Sepang en Malaisie a organisé son premier Grand Prix en 1999, ce qui en fait l’un des plus anciens de la région.

La société énergétique nationale Petronas, qui est le sponsor principal et l’équipe leader du championnat Mercedes, a été durement touchée financièrement par la volatilité des prix du pétrole, qui, avec d’autres produits de base, a également nui aux perspectives de croissance de la Malaisie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest