La championne olympique dit que l'AMA l'a intimidée par rapport à l'opposition russe

Beckie Scott, présidente du comité des sportifs de l'Agence mondiale antidopage, a déclaré dans une interview à la BBC qu'elle avait été "intimidée" par des responsables de l'AMA à cause de son opposition au rétablissement de l'agence antidopage russe. Scott, un ancien champion canadien olympique de ski de fond, a démissionné le mois dernier du comité qui avait recommandé la levée de l'interdiction de RUSADA, qui avait été déclarée non conforme en 2015 après la révélation d'un vaste plan soutenu par l'État pour éviter les testeurs de drogue.

Elle a déclaré à la BBC dans des commentaires publiés vendredi qu'elle avait été "traitée avec manque de respect" lors d'une réunion récente.

"Je pense que c'est indicatif de deux choses", a déclaré Scott. "L'un d'entre eux est le manque de respect pour la voix de l'athlète en général. Je pense que cela est également révélateur du leadership de l'AMA dans son alignement sur le mouvement olympique."

Le responsable de l'Agence antidopage américaine, Travis Tygart, qui a condamné le mois dernier la décision de réintégrer RUSADA, a applaudi les commentaires de Scott, indiquant que le Comité international olympique avait indûment influencé l'organisme mondial antidopage.

"La queue du CIO remue indiscutablement le chien de l'AMA, et ce n'est pas ce que tout le monde qui se soucie du sport propre et juste veut voir", a déclaré Tygart dans un communiqué vendredi aux côtés de Scott.

"La série ne doit pas continuer comme aujourd'hui – et c'est pourquoi nous voulons que les athlètes soient parfaitement au clair: l'USADA sera toujours à leurs côtés et à leur écoute, tout en continuant de faire pression pour une AMA réformée afin que, pour la première fois, il commence à représenter ceux que nous sommes censés servir: les athlètes. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest