Jeux olympiques 2020: de «mieux préparés» à reportés – Rocky Road Of Tokyo Games


Les officiels olympiques ont régulièrement salué Tokyo comme la ville hôte la mieux préparée qu’ils aient vue. Mais personne n’aurait pu prévoir la pandémie de coronavirus qui a forcé un report sans précédent des Jeux de 2020. Et tandis que les organisateurs ont gagné des éloges, un scandale de plagiat, des accusations de corruption et des problèmes budgétaires ont tous assombri l’horizon avant même que l’épidémie de virus ne menace les Jeux.

Ici, l’AFP Sport raconte le chemin du report.

2013: Larmes de joie

Les présentateurs de nouvelles télévisées fondent en larmes et des milliers de personnes éclatent de cris de joie alors que le CIO attribue les Jeux à Tokyo en septembre 2013.

Alors que les émotions sont vives, les pensées de nombreux Japonais se tournent vers les milliers de victimes d’un tremblement de terre et d’un tsunami dévastateurs en mars 2011, les Jeux olympiques étant considérés par certains comme une occasion en or de se reconstruire.

Le Premier ministre Shinzo Abe jure que Tokyo sera une « paire de mains sûres » avec une réputation d’efficacité et de compétence.

2015: Stade abandonné

Embarras pour Abe alors qu’il est forcé de déchirer les plans du stade national proposé alors que les coûts sont incontrôlables.

«J’ai décidé que nous devions retourner à la planche à dessin», a déclaré un Abe au visage rouge en juillet 2015 après la colère du public face au prix de 2 milliards de dollars qui en aurait fait le stade le plus cher du monde.

2015: Logo abandonné

Le scandale suit en septembre 2015 alors que le logo des Jeux est abandonné après des accusations de plagiat.

Le designer Olivier Debie affirme que le dessin a été volé à son logo pour un théâtre belge et menace de poursuites judiciaires avant que les fonctionnaires retirent l’emblème, affirmant qu’il « n’a plus le soutien du public ».

2018: mascottes mignonnes

Après le désastre du logo, il y a un soulagement au déploiement en douceur des mascottes futuristes pour les Jeux Olympiques et Paralympiques, choisies par les écoliers.

La mascotte olympique « Miraitowa » – combinant les mots japonais pour l’avenir et l’éternité – est un personnage à carreaux bleus, aux yeux de biche et aux oreilles pointues, tandis que son homologue paralympique « Someity » arbore des carreaux roses dérivés des célèbres fleurs de cerisier du Japon.

2018: Blues de boxe

Dans un mouvement précédent, le Comité International Olympique prive l’instance dirigeante en difficulté AIBA du droit d’organiser la compétition de boxe aux Jeux pour diverses allégations.

Il y a des craintes que le sport ne figure pas dans les Jeux, mais le CIO choisit d’organiser le tournoi de boxe lui-même.

2019: charges françaises

Les juges d’instruction français en janvier 2019 accusent l’ancien chef du Comité olympique japonais, Tsunekazu Takeda, alors qu’ils enquêtent sur deux paiements totalisant 2,3 millions de dollars effectués avant et après le choix de la capitale japonaise.

Takeda dit qu’il n’a « jamais été impliqué » dans aucun processus de prise de décision concernant le paiement et proteste de son innocence, mais il démissionne de la tête du Comité olympique japonais.

2019: Déménagement Marathon

Après des avertissements contre la tenue du marathon au milieu de l’été étouffant de Tokyo, le CIO surprend en octobre 2019 en déplaçant la course phare à Sapporo, à 800 kilomètres au nord – et généralement plus fraîche en août.

Les organisateurs de Tokyo 2020 sont furieux, mais la gouverneure de la ville, Yuriko Koike, dit qu’elle n’a d’autre choix que d’accepter la décision.

2019: explosion du budget

Les organisateurs dévoilent la version finale de leur budget en décembre, les Jeux devraient coûter 12,6 milliards de dollars, bien que Tokyo 2020 et le CIO se disputent toujours le coût du déplacement du marathon.

Un audit suggère que la part du gouvernement national dans la facture globale, qui est censée s’élever à 150 milliards de yens, est en fait près de 10 fois supérieure. Les organisateurs affirment que les auditeurs ne comptabilisent les dépenses que indirectement liées au déroulement des Jeux.

2019: interdiction russe

La participation de la Russie aux Jeux est remise en question en décembre, lorsque l’agence antidopage AMA interdit aux athlètes du pays pendant quatre ans des événements mondiaux, y compris les Jeux olympiques, en raison de données de dopage manipulées. La Russie promet de faire appel, mais une audience en mars 2020 est reportée alors que le nouveau coronavirus se propage dans le monde.

2020: Annulation «  impensable  »

Fin mars, l’épidémie de coronavirus a été déclarée pandémie causant plus de 325 000 infections et plus de 14 400 décès.

Avec la pression croissante pour que les organisateurs reconnaissent que les Jeux pourraient être touchés, le gouverneur de Tokyo, Koike, qualifie l’annulation d ‘ »impensable ». Mais le CIO et les officiels japonais commencent progressivement à admettre qu’un retard est peut-être désormais à l’ordre du jour.

Promu

2020: report historique

Le CIO et le Japon finissent par s’incliner devant l’inévitable et reporter les Jeux olympiques dans une décision historique.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest