Jeux asiatiques 2018: Tejinder Toor, lanceur de poids, confiant de terminer sur le podium à Asiad

Il est peut-être un nouveau venu au niveau international, mais la star émergente du lancer du poids indien, Tejinder Pal Singh Toor, déborde de confiance alors qu’il se dirige vers ses premiers Jeux asiatiques. "Je suis un prétendant sûr à une médaille. Bien sûr, je viserai l'or. C'est le plus gros prix auquel aspirent tous les athlètes. Mais même si je manque de l'or, je suis presque sûr que je finirai sur le podium" Toor a dit à IANS.

"Toute médaille est précieuse, mais un or est un or", a-t-il ajouté.

L'athlète grand et costaud du Pendjab a suffisamment de raisons d'être confiant. Agé de 23 ans, l’un des meilleurs défenseurs du lancer du poids en Asie a remporté la médaille d’argent aux championnats continentaux l’an dernier.

"Ce sera ma première apparition aux Jeux Asiatiques. Mais je suis totalement confiant. Il n'y a pas de pression ni de nervosité. Je suis confiant de réussir. Je suis parmi les meilleurs en Asie et il ne sera pas facile de me battre," Toor affirmé.

Cette année a toutefois été difficile pour Toor. Il a eu une mauvaise sortie aux Jeux du Commonwealth à Gold Coast, en Australie, où il s'est retrouvé à une huitième position décevante.

Toor, cependant, préfère regarder du côté brillant et est déterminé à faire amende honorable aux Jeux asiatiques.

"J'ai été très déçu par les Jeux du Commonwealth. Mais il y avait aussi beaucoup de points positifs. La compétition a été très dure et l'expérience m'aidera beaucoup dans les prochains tournois. La confiance et la confiance en soi qu'un athlète acquiert après la compétition contre un terrain aussi difficile, c’est vraiment inestimable ", a-t-il déclaré.

"Les normes générales des athlètes aux Jeux du Commonwealth sont plus élevées que celles des Jeux asiatiques. L'expérience de la compétition quelques mois avant Asiad m'aidera certainement beaucoup," a-t-il ajouté.

Contrairement à plusieurs de ses pairs, Toor a choisi de ne pas faire de stage à l'étranger, préférant s'entraîner à haute altitude à Dharamsala.

"La pratique se passe bien. Je suis content de mes préparatifs. J'ai transféré ma base d'entraînement à Dharamsala et cela m'a beaucoup aidé", a-t-il déclaré.

"J'ai choisi de ne pas m'entraîner à l'étranger. Le climat à Dharamsala est très bon et je me suis bien entraîné ces derniers mois", a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest