Grand Prix d'Italie: Sebastian Vettel déconcerté mais dit qu'il aime toujours son travail

Sebastian Vettel, découragé, a affirmé qu'il aimait toujours son travail de pilote de course, malgré une nouvelle journée d'humiliations écrasantes pour finir 13ème pour Ferrari au Grand Prix d'Italie, dimanche. Alors que son coéquipier Charles Leclerc revenait sur sa deuxième victoire de la saison et celle de son équipe, le quadruple champion a donné lieu à une course semée d'erreurs qui s'est terminée par des pénalités qui l'ont laissé à une erreur d'interdiction de plus. La deuxième victoire consécutive du Monégasque de 21 ans l'a placé au-dessus de l'Allemand de 32 ans dans le championnat des pilotes, une position imprévue qui a contribué à expliquer son visage morose et son sourire forcé au milieu des célébrations d'après-course et des séances de photos officielles de l'équipe. .

"Je ne peux pas être heureux avec ma journée aujourd'hui", a-t-il déclaré.

"Je pense que nous avons eu un bon départ, j'ai perdu une position, puis je suis revenu et j'ai reconnecté les voitures devant, mais j'ai ensuite perdu l'arrière – et je ne pouvais pas l'attraper.

"Donc, c'est aussi simple que cela – et après cela, la course était partie."

Son virage à la chicane Ascari lui a coûté sa course et lui a valu une pénalité pour s’être joint de manière dangereuse lorsqu’il a heurté légèrement le Point de course de Lance Stroll.

"Je me suis battu à plusieurs reprises pour faire démarrer la voiture et la faire dans la bonne direction, aussi je ne pouvais pas le voir", a expliqué Vettel.

Trois points d'une interdiction

Quand on lui a demandé s’il appréciait encore sa vie de pilote de course, il a répondu: "J'aime toujours ce que je fais, mais sûrement, quand vous ne vous débrouillez pas bien et que vous savez que vous pouvez bien faire, vous ne pouvez pas être heureux. "

Après la course, Vettel a également reçu trois points de pénalité sur son permis de conduire de Formule 1 pour son déplacement avec Stoll, ce qui lui a valu un incident grave.

Il s'est vu imposer une pénalité d'arrêt et de départ de 10 secondes pendant la course.

Il a maintenant neuf points de pénalité sur son permis et les pilotes sont automatiquement interdits d’une course s’ils atteignent 12 points au cours d’une période de 12 mois.

Cela le laisse face aux trois prochaines courses sachant qu'il risque une interdiction s'il commet une nouvelle infraction grave après des incidents survenus lors du Grand Prix des États-Unis d'octobre dernier, la course canadienne de juin et un affrontement avec Max Verstappen lors du Grand Prix de Grande-Bretagne.

Alors que Leclerc a célébré son ascension devant le tifosi, Vettel a fait face à une manoeuvre démesurée lors des qualifications, ne réussissant pas à briller à la maison pour la deuxième année consécutive et partant à la recherche de sa première victoire depuis l'an dernier. Grand Prix de Belgique 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest