Championnats du monde féminins de l'AIBA: les trois Indiennes remportent la troisième journée pour maintenir leur ardoise vierge

Vendredi, Sarita Devi (60 kg) et Manish Moun (54 kg) avaient remporté leurs combats respectifs pour se qualifier pour les pré-quarts de finale.

Dimanche, cinq Indiens, dont la quintuple championne du monde, Mary Kom, seront sur le terrain. Mary Kom, âgée de 35 ans, qui a obtenu un laissez-passer pour le premier tour, commencera sa campagne contre Aigerim Kessenayeva, du Kazakhstan, en 48 kg.

Sonia a été la première Indienne à occuper le terrain et la joueuse de 21 ans a utilisé son style "défensif" à bon escient pour s'imposer victorieuse dans un verdict unanime 5-0 contre le Marocain Doaa Toujani. C'était un match serré avec tous les cinq juges donnant 10-9 points à chacun des trois rounds. Toujani n’a obtenu qu’une décision favorable de la part d’un juge au deuxième tour, alors que Sonia a gagné 29-28 30-27 30-27 30-27 30-27.

Il s'agissait du premier événement international majeur de Sonia, qui a atteint le niveau senior en remportant une médaille d'or aux Championnats nationaux en 2016. L'année dernière, elle a remporté une médaille d'or en Coupe de Serbie. Elle a remporté une médaille de bronze au tournoi de boxe Ahmet Comert cette année.

Sonia a commencé avec une garde ouverte invitant le pugiliste marocain à prendre l'initiative. La recrue indienne a réussi à poser deux jabs à gauche et une suite au premier tour qui semblait proche.

Sonia a continué avec ses coups gauche, essayant d'atterrir sur les vraies zones de score de son adversaire en utilisant ses méthodes non conventionnelles, en particulier avec le droit. La Marocaine expérimentée a également modifié sa stratégie et abaissé la garde plus par frustration qu'autre chose. Même si elle a réussi quelques coups, elle a eu du mal à joindre ses coups.

Mais le troisième tour s'est avéré décisif lorsque l'Indien a atterri à droite, puis une combinaison de droite-gauche et de gauche, alors même que les deux pugilistes ont attaqué. En pré-quart, Sonia, qui a obtenu un laissez-passer pour le premier tour, affrontera la médaillée d'or des Championnats du monde 2014 Stanimira Petrova, de la Bulgarie, lundi.

"J'ai commencé la boxe en 2011 (au niveau de l'école) et c'est mon premier grand événement international et je suis heureux de gagner ce combat. Ce fut un combat difficile. Mon style est fondamentalement défensif et je m'y suis tenu. Mes entraîneurs m'ont dit pour jouer à distance, attirer la et poinçonner. C'est ce que j'ai fait ", a déclaré Sonia après son combat.

"Je savais que je devais garder mes distances et me rapprocher pour trouver des ouvertures. J'ai eu du succès à quelques reprises lors des deux premiers tours. Mais au troisième, j'ai attaqué et utilisé mes coups combinés." Toujani, l'adversaire de Sonia, qui avait battu la Somalienne Ramla Ali au premier tour, était en larmes après avoir perdu le combat, mais a déclaré qu'elle n'avait aucun problème avec le résultat. "Je me suis bien battue et je suis heureuse d'avoir concouru à ce stade. Je n'ai aucun problème avec le résultat", a-t-elle déclaré par l'intermédiaire d'un interprète.

Pinki et le boxeur Hisar de Haryana âgé de 28 ans ont battu le champion du monde 2014 des jeunes Arméniens Anush Grigoryan 4-1 (30-27 30-27 30-27 30-27 30-27) aux points. Pinki est une militante chevronnée qui a débuté le sport en 2006. Cette année, elle a remporté l'or aux tournois India Open et une médaille d'argent au tournoi Ahmet Comert. Elle affronte maintenant Alice Jones d'Angleterre en pré-quarts de finale lundi.

"Je suis un joueur agressif, mais au premier tour, j’ai observé mon adversaire décider de ma stratégie. Mes entraîneurs m'ont dit que je jouais plus près de mon adversaire. Ainsi, aux deuxième et troisième tours, j’ai changé de stratégie et gardé ma distance. J'ai esquivé certains de ses coups de poing, puis je les ai rendus », a-t-elle déclaré.

"C'est mon troisième Championnat du monde et je n'ai pas encore remporté de médaille. Cette fois, je veux rendre mes compatriotes heureux en remportant une médaille."

Simranjit, âgée de 23 ans, qui a remporté l'or au tournoi Ahmet Comert en Turquie cette année, remportait l'anneau trois mois après le décès de son père. Elle a déclaré qu'elle s'efforcerait de remporter une médaille pour lui.

Du village de Chakar à Ludhiana, Simranjit a eu une dure bataille contre Amelia Moore, 28 ans, originaire des États-Unis. Quatre juges se sont prononcés en faveur de l’Indien et un pour Moore (30-27 30-27 30-27 27-30 30-27).

"Mon père est décédé en juillet et c'était difficile pour moi d'être ici, mais ce sont des championnats du monde. Je veux gagner une médaille pour lui", a-t-elle déclaré.

"Ce fut un combat difficile. Après l'avoir étudiée au premier tour, les entraîneurs m'ont dit de ne pas aller très près. Mais au troisième tour, j'ai tout donné."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest