Bernie Ecclestone, le patron de la Formule 1, raconte aux conducteurs

Bernie Ecclestone, le champion de la Formule 1, a exprimé ses frustrations samedi en déclarant que les conducteurs qui râlaient pour la sécurité sur le nouveau circuit urbain de Bakou devraient continuer ou rentrer chez eux.

Le Britannique, âgé de 85 ans, accusé d'avoir couru le Grand Prix d'Europe dans un pays au bilan catastrophique en matière de droits de l'homme, a déclaré qu'il était d'accord avec le champion en titre Lewis Hamilton, qui a déclaré que tout le monde devrait cesser de se plaindre de la première course en Azerbaïdjan.

Plusieurs pilotes, y compris son coéquipier Mercedes à Hamilton, Nico Rosberg, se sont plaints du manque d'espace de fuite sur la piste et de l'entrée dangereuse à la grande vitesse dans la voie des stands.

Hamilton, qui a été le plus rapide lors des trois séances d’entraînement, a déclaré que ses rivaux souhaitaient éliminer le personnage du sport.

Ecclestone, qui a également plaidé pour la défense du droit du gouvernement azerbaïdjanais d’emprisonner ses détracteurs, a déclaré aux journalistes qu’il était d’accord avec Hamilton.

"S'ils ne veulent pas conduire, ils ne sont pas obligés", a déclaré Ecclestone. "C'est à eux de décider. C'est le circuit et s'ils ne l'aiment pas, ils peuvent rentrer chez eux."

Il a ajouté: "J’ai dit que c’était un circuit un peu" bourru "et si vous n’aimiez pas ça … Eh bien, l’un d’eux, je pense que c’était Nico, se plaignait de la vitesse dans la voie des stands.

"Alors j'ai dit aux gens, allez jeter un coup d'œil … voyez s'il a un frein sur la voiture car c'est à lui de décider à quelle vitesse il va."

Hamilton, qui suit de près le leader du championnat Rosberg et qui est l'homme en forme, a également fait preuve de dédain – bien qu'il ne soit pas allé jusqu'à nommer l'Allemand.

"Ces pilotes … Ils se plaignent tant de choses", a déclaré Hamilton. "Il y a beaucoup de bosses dans la ligne droite principale et vous ne pouvez pas vraiment voir le virage aussi bien car la voiture vibre.

"C’est donc très difficile, mais cela fait partie de la course.

"Mais ces gars-là, ils veulent que ça soit lisse, plus lisse que jamais, pas de vibrations ni de bosses. Ils veulent enlever tout le caractère et la vie de ces morceaux."

Rosberg s'est réchauffé au circuit, mais reste inquiet.

"La piste est vraiment cool", a-t-il déclaré après les essais de vendredi.

"Il existe quelques problèmes de sécurité à quelques endroits, comme l'entrée du puits, sur lesquels nous devons nous pencher."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest