Attaque de Pulwama: l'Inde craint l'isolement olympique au sujet de la série de visas au Pakistan

Cela fait suite aux affirmations de l'Inde selon lesquelles le Pakistan aurait participé à l'attentat-suicide perpétré le 14 février au Cachemire, qui a tué 40 soldats paramilitaires.

"En plus de ne pas pouvoir organiser d'événements en Inde, nos athlètes pourraient avoir du mal à participer aux événements internationaux", a déclaré le secrétaire général de l'Association olympique indienne, Rajeev Mehta, à l'agence de presse Press Trust of India.

"Nous allons à nouveau contacter le gouvernement pour que la situation n'atteigne pas ce stade", a-t-il ajouté.

"L'image du pays a été réduite. Si le gouvernement indien ne donne pas de garanties dans les 15 à 20 jours, une autre lettre pourrait être envoyée par la COI."

L’Inde, l’année dernière, a annoncé son intention de se porter candidate aux Jeux olympiques de la jeunesse de 2026, aux Jeux asiatiques de 2030 et aux Jeux olympiques de 2032, car elle cherche à se faire mieux connaître pour faire face à son poids économique croissant.

Deux places qualificatives pour les Jeux olympiques de 2020, dans la catégorie pistolet 25 m, ont été annulées lors de la compétition à Delhi.

Le CIO a également suspendu "toutes les discussions avec le comité olympique national indien et le gouvernement concernant les candidatures potentielles à l'organisation de futurs événements sportifs et liés aux Jeux olympiques en Inde".

Il a recommandé que les fédérations sportives individuelles "n'accordent ni n'organisent d'événements sportifs en Inde" jusqu'à ce que les garanties soient données.

La Fédération internationale de tir sportif, la fédération indienne de tir et l’Association olympique indienne ont toutes tenté de persuader le gouvernement de s’abaisser.

Mais le CIO a déclaré qu '"aucune solution n'a été trouvée pour permettre à la délégation pakistanaise d'entrer sur l'Inde à temps pour faire face à la concurrence".

"Cette situation va à l'encontre des principes fondamentaux de la Charte olympique."

L’Inde a également averti le CIO l’année dernière, lorsqu’il avait refusé un visa à un boxeur du Kosovo, que New Delhi ne reconnaît pas comme État, pour participer aux championnats du monde féminins dans la capitale indienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest