Vladimir Poutine déclare que le médicament interdit Meldonium n'est pas un "dopage"

Le président Vladimir Poutine a défendu jeudi l'utilisation du médicament interdit Meldonium, affirmant que l'utilisation du médicament améliorant la performance par les athlètes ne constituait pas du dopage. (Lire la suite en athlétisme) Â

"Ce médicament n'a rien à voir avec le dopage", a déclaré Poutine au cours d'une émission téléphonique annuelle. "Cela n'a aucun impact sur les résultats. Il maintient simplement le muscle cardiaque en bon état sous forte contrainte."

Depuis que la star du tennis Maria Sharapova a admis le mois dernier qu'elle avait obtenu un résultat positif au meldonium à l'Open d'Australie, un certain nombre d'athlètes russes de premier plan – dont la nageuse olympique Yulia Efimova – ont également été testés positifs au médicament.

Le ministre russe des Sports, Vitaly Mutko, a déclaré plus tôt ce mois-ci que 40 athlètes russes avaient été soumis au test positif depuis l’interdiction entrée en vigueur par l’Agence mondiale antidopage (AMA) le 1er janvier.

Le ministre a déclaré que près de 90% des athlètes russes testés positifs au meldonium avaient sous-estimé le temps requis pour que le médicament sorte du corps.

Poutine a déclaré qu'il ne pensait pas que la décision de l'AMA d'interdire cette drogue, produite pour la première fois en Lettonie à l'époque soviétique, avait des "implications politiques".

D'autres responsables russes, dont le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont laissé entendre que l'interdiction du meldonium ciblait injustement les athlètes de l'ancienne Union soviétique, où le médicament est largement disponible.

L'AMA, qui a déclaré mercredi avoir enregistré 172 cas de meldonium depuis l'interdiction de ces substances, a déclaré que les sportifs pourraient échapper à l'interdiction de prendre du meldonium, ne sachant pas exactement combien de temps il faut pour que la substance quitte le corps.

L'AMA a déclaré dans un avis publié mercredi qu'elle "estime qu'il peut ne pas y avoir de faute ou de négligence de la part de l'athlète".

L'AMA a également déclaré que l'action pourrait être suspendue si un à 15 microgrammes de meldonium sont détectés et que le test a été effectué avant le 1er mars. L'agence a déclaré que c'était parce que des études sont nécessaires pour déterminer à quel moment une substance a été prélevée.

Dans un autre scandale, un rapport d'une commission indépendante de l'AMA publié en novembre alléguait du dopage et de la corruption généralisée dans l'athlétisme russe, ce qui aurait incité l'IAAF (Fédération internationale des fédérations d'athlétisme) à suspendre provisoirement la Russie.

Moscou a promis de réorganiser son système anti-dopage scandaleux à temps pour que ses stars de l’athlétisme puissent concourir aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro cet été.

L'IAAF devrait prendre une décision sur la participation de la Russie aux Jeux le mois prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest