Sebastian Vettel nie la faille avec le chef Ferrari


Suzuka (Japon):

Sebastian Vettel a insisté samedi sur le fait qu'il n'y avait pas de mauvaise sang entre lui et le patron de Ferrari, Maurizio Arrivabene, après que l'Italien l'ait appelé à se battre pour sa place au-delà de 2017.

La forme de Vettel a chuté cette saison après avoir remporté trois courses en 2015, sa première année avec la légendaire équipe de Formule 1 après avoir rejoint Red Bull.

Mais l'Allemand a ignoré les remarques faites par Arrivabene avant de se qualifier au Grand Prix du Japon.

"Je sais qu'il n'y a rien entre nous, rien que nous devons régler", a déclaré Vettel aux journalistes.

"S'il y a quelque chose que je n'aime pas, je lui dis et également l'inverse. Nous apprécions généralement une relation très simple et honnête.

"Nous cherchons tous deux à atteindre la même chose", a-t-il ajouté. "Nous essayons de gagner des courses et de devenir plus forts, surtout à l'avenir et c'est là que se concentre l'objectif principal."

Le dernier podium de Vettel est venu à Bakou en juin, depuis qu'il a été devancé par son coéquipier Ferrari Kimi Raikkonen de 79 points à 57.

Arrivabene a déclaré aux médias italiens: "Sebastian a un contrat (jusqu'à fin 2017). Ensuite, nous verrons. Chacun de nous a des objectifs, il est donc normal que n'importe qui, quel qu'il soit, gagne sa place et son salaire. "

Vettel a affirmé qu'il n'avait aucune connaissance des commentaires d'Arrivabene.

"Autant l'équipe veut performer, je veux performer", a-t-il déclaré. «J'ai eu des courses cette année où je ne l'ai pas fait et je n'étais pas content de moi car il y avait plus sur la table.

"Ce fut une année de hauts et de bas", a admis Vettel, qui a été tellement dominant en remportant quatre titres mondiaux consécutifs avec Red Bull de 2010 à 2013 qu'il se faisait souvent huer sur le podium.

"Je pense que les résultats n'ont pas toujours été justes et gratifiants, étant donné le rythme que nous avons montré lors des différents week-ends, mais l'objectif principal en tant qu'équipe est d'essayer de progresser."

Vettel est malheureux d'être derrière Raikkonen aux points après avoir été en proie à des problèmes techniques plus tôt dans l'année.

Sa situation a été aggravée par l'amélioration de la forme du Finlandais depuis la signature d'un nouveau contrat en juillet et Vettel a fait la une des journaux pour les mauvaises raisons lors de la course de la semaine dernière en Malaisie lorsqu'il a percuté Nico Rosberg au premier virage.

Cette indiscrétion a valu à Vettel une pénalité de trois places sur la grille pour le Japon, où il part septième pour la course de dimanche.

Promu

"Ouais, il faut vivre avec le penalty", a-t-il haussé les épaules après avoir signé le quatrième temps de qualification le plus rapide derrière les deux Mercedes et Raikkonen.

"C'est ce que c'est, vous ne pouvez pas le changer et nous ne savons jamais si cela s'avère coûteux ou non. Nous sommes plutôt heureux où nous sommes – nous sommes devant Red Bull et plus proches que les deux derniers. de courses à Mercedes, donc c'est bon signe. "


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest