Sebastian Coe prêt à bannir l'équipe d'athlétisme du Kenya des Jeux olympiques de Rio

L’équipe d’athlétisme du Kenya pourrait être bannie des Jeux olympiques de Rio si sa fédération s’avère non conforme au code de l’Agence mondiale antidopage (AMA), selon le président de l’IAAF, Sebastian Coe. (Pas de solution miracle à la crise, déclare le chef de l'IAAF, Sebastian Coe)

Coe a confirmé qu'il punirait sévèrement tout pays coupable de tentative de dissimulation de dopage, après que le Kenya ait raté la semaine dernière une date butoir pour prouver à l'AMA qu'ils en faisaient assez pour lutter contre la toxicomanie. (Coe nie qu'il soit à l'origine de revendications de «corruption»)

"Nous savons que relativement peu de pays sont à l'origine d'une atteinte disproportionnée à la réputation et nous devons être beaucoup plus proactifs", a déclaré Coe mercredi soir au "The Clare Balding Show" de BT Sport.

"Oui, si cela signifie les retirer des championnats du monde ou des Jeux olympiques, nous devrons le faire. (Nestlé met fin au parrainage de l'IAAF suite à des scandales de dopage)

"Je sais que l'Agence mondiale antidopage a examiné de très près l'Agence nationale antidopage du Kenya. Bien entendu, nous surveillons cela par l'intermédiaire de l'IAAF, de sorte que le travail se poursuit."

La Russie a été suspendue de l’athlétisme mondial en novembre pour dopage sponsorisé par l’État, mais cherche à prouver qu’elle a apporté les changements nécessaires avant les Jeux de Rio.

Alors que le scandale s’aggrave, le double champion olympique Coe admet que sa propre réputation est peut-être en jeu.

"Quand vous regardez le spectacle d'horreur qui s'est déroulé au cours des six derniers mois, environ un an, la question que nous devons tous nous poser – et je ne suis pas à l'abri de cela, je me le demande tous les jours – est la suivante sommes-nous arrivés à cette position? " il a dit.

"Le principe directeur pour moi est de trouver les bonnes personnes avec les bonnes motivations dans le sport, et à une distance près, elles sont là. Nous devons simplement les élever maintenant."

Nestlé et Adidas ont tous deux tenté de mettre fin aux accords de sponsoring avec l'IAAF, qui s'est engagée à garder les entreprises sur le même pied.

"Ils veulent savoir quels changements je suis prêt à faire", a ajouté Coe.

"Suis-je sérieux à ce sujet? Oui, je le suis. Est-ce la seule chose sur laquelle je me concentre? Oui. Allons-nous les mettre en place le plus rapidement possible? Oui, nous le ferons.

"Mais ils ont des conseils d’actionnaires, ils ont eux-mêmes des gouverneurs, alors ils posent les bonnes questions et une grande partie de mes heures de veille parcourt le monde pour leur expliquer pourquoi j’ai l’intention de ne plus jamais y revenir."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest