SAI formule des SOP pour les centres, mais la formation ne reprend qu'après l'autorisation MHA


Élimination des vestiaires à faible ventilation, désinfection des équipements d'entraînement après chaque utilisation, interdiction de s'entraîner pour le moment et utilisation des salles de sport par équipes – ce sont quelques-unes des mesures pour lutter contre la menace COVID-19 que l'Autorité sportive indienne propose si la formation des athlètes reprend plus tard ce mois-ci. L'ISC a formulé un projet détaillé de procédure opérationnelle standard (SOP) à suivre avant la réouverture de ses centres de formation d'ici la fin du mois, comme suggéré par le ministre des Sports Kiren Rijiju, mais sous réserve de l'autorisation du ministère de la Santé et de l'Intérieur.

Un comité de six membres, dirigé par le secrétaire Rohit Bharadwaj, a élaboré un document de 33 pages, qui n'a pas encore été adopté par le ministère des Sports et de la Santé.

Le document propose de rendre l'application Arogya Setu obligatoire pour tous les athlètes et le personnel, une distanciation sociale stricte sur les sites d'entraînement, l'utilisation de kits EPI par des médecins en service, des mesures d'hygiène accrues et une surveillance stricte de la santé des athlètes parmi une série de mesures pour contrer la menace posée par le virus mortel.

"Le comité a esquissé un vaste SOP mais ce n'est pas définitif. C'est le premier projet qui doit encore être approuvé par le ministère des Sports ainsi que le ministère de la Santé. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le SOP soit adopté dans sa totalité", a déclaré une source de l'ISC à PTI.

La SAI a envoyé le projet aux fédérations nationales de sport (NSF) pour leur demander leur avis sur les recommandations.

"En fin de compte, la reprise de l'entraînement dépendra des directives du MHA. Si le MHA interdit les activités sportives dans ses prochaines directives à publier après le verrouillage 3, comme il l'a fait dans les directives précédentes, le ministère des Sports ne peut pas reprendre l'entraînement, "a ajouté la source.

Le pays entrera dans la quatrième phase du verrouillage à partir du 18 mai, mais des assouplissements significatifs sont également attendus.

"L'ISC a agi de manière proactive et a établi les SOP au cas où le MHA donnerait le feu vert pour la formation", a déclaré la source.

Le SOP, dont une copie est avec PTI, suggère la reprise de l'entraînement en petits groupes, que les joueurs de hockey indiens avaient déjà entamé lors de leur rencontre en ligne avec le ministre des Sports Kiren Rijiju jeudi.

Le SOP demande un test COVID-19 de tous les athlètes qui retourneraient dans les installations d'entraînement.

"Les athlètes qui reviennent seront mis en quarantaine jusqu'à ce que les résultats des tests les débarrassent de la contraction du COVID-19. L'autorisation finale doit être fournie par le médecin en charge des centres SAI respectifs", précise-t-il en outre.

"L'utilisation de l'équipement de fitness n'est autorisée qu'avec le port de gants et d'un masque facial et sous l'utilisation conséquente de désinfectants par la suite. L'utilisation de la salle de fitness n'est autorisée que par petits groupes de maximum 5 personnes selon les normes de distanciation", ajoute-t-il.

Le comité de l'ISC suggère que la physiothérapie et les massages soient évités à moins qu'ils ne soient «absolument nécessaires». Le protocole de ces séances exigerait que les personnes impliquées suivent une hygiène de base.

"Les athlètes seront traités individuellement dans des pièces spacieuses et ventilées. Si nécessaire, des salles supplémentaires peuvent être ouvertes avec des divans d'examen désinfectés", indique le document.

Outre les centres SAI, les SOP, si elles sont approuvées, seront également applicables aux installations privées telles que le Padukone-Dravid Center for Sports Excellence et la Pullela Gopichand Badminton Academy, entre autres.

Le SOP insiste également sur la nécessité de former un groupe de travail COVID dans chaque centre de formation avec le centre en charge comme président d'office.

Le POS indique en outre qu'il incomberait aux FSN de garantir le respect total des protocoles de formation.

"Les FSN doivent nommer un responsable de l'hygiène pour assurer la conformité et la mise en œuvre de toutes les mesures de protection pour la sécurité des athlètes et du personnel."

Le panel de l'ISC propose un seul point d'accès pour l'entrée et la sortie des sites d'entraînement, l'utilisation des installations par des athlètes non-SAI ou des étrangers étant interdite jusqu'à ce que les assouplissements soient annoncés par le gouvernement central en fonction des conditions locales.

Promu

Le document propose des restrictions maximales pour les sports de contact, qui n'auront pas de sparring dans leur programme d'entraînement pour le moment.
"Du personnel supplémentaire doit être nommé pour une désinfection appropriée de l'équipement avant son utilisation continue", déclare-t-il.

"L'équipement qui est destiné à être partagé et utilisé en permanence pendant un entraînement, comme les sacs de frappe / coups de pied, les balles de slam, les cordes à sauter, etc. doit être utilisé avec précaution sans utiliser cet équipement pour frotter / toucher le visage, enlever la sueur, couvrir la bouche" ajoute.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest