Rory McIlroy évolue dans la foulée de l'attaque de Dubaï

Rory McIlroy a concédé samedi à la troisième ronde des championnats du tour du monde DP un total de sept joueurs âgés de moins de 65 ans. Il est à la traîne du leader de la surprise, Andy Sullivan, qui a fait chier un oisillon tardif et nerveux. (Lire plus dans le golf)

Les Britanniques joueront ensemble lors de la ronde finale de dimanche, après que Sullivan, âgé de 68 ans, ait inscrit un score total de 200 sur un score de 200, contre 201 pour McIlroy, lors de la finale de la saison du Circuit européen.

L’Américain Patrick Reed (68 ans) est sur le 203, tandis que l’Argentin Emiliano Grillo (71 ans) et le Coréen Byeong-hun An (66 ans) ont tous les deux un autre coup de retard.

"Je suis très satisfait. Je frappe parfaitement la balle du tee au green", a déclaré aux journalistes McIlroy, 26 ans.

"Tout était en train de tirer aujourd'hui et c'est pourquoi je suis un peu déçu du parcours, car ce 65 aurait facilement pu être un 62 ou un 61. Mais c'est toujours une excellente position pour demain."

Sullivan avait commencé la journée avec 12 coups sous, un coup devant Grillo et quatre devant le numéro trois mondial McIlroy.

Cela signifiait que Sullivan était le dernier à partir. McIlroy a formé deux groupes devant lui et l'Irlandais du Nord a exercé une pression immédiate, inscrivant un oiselet à 10 pieds au premier but et obtenant de nouveaux tirs aux trous deux et quatre.

Sullivan, réputé pour jouer avec un sourire, avait l'air sérieux au premier tee en attendant son départ.

Les conditions du parcours étaient difficiles et le seul répit de la chaleur étouffante était un vent sporadique, tourbillonnant et venteux.

Sullivan a réussi un oiselet de trois pieds au deuxième trou, mais a raté l'occasion de prendre un autre coup au troisième but, manquant à 10 pieds.

LIPPED OUT

Le pire était de suivre à quatre reprises quand un simple putt se prépara pour un boguey alors que la charge de McIlroy semblait inhiber l'Anglais habituellement bourru.

Pourtant, un birdie de huit pieds à cinq heures et un autre à sept pieds font de nouveau avancer Sullivan.

"Je n'avais simplement pas l'impression de frapper aussi près que hier", a déclaré Sullivan à la presse. "Il y avait du vent. J'ai trouvé difficile de placer le ballon à la bonne distance."

McIlroy était souvent sublime, obtenant de nouveaux lancers à 7h et 10h, alors que le quadruple vainqueur majeur suivait un bogey sur 12 avec trois birdies successives.

Sullivan n'a pas été utilisé, mais a aussi réussi à faire de l'ornithologie à 15. Il a réussi un autre coup sur un 17 avec un but de 20 pieds qui l'a laissé bouche bée pour reconnaître le rugissement de ses fans, de l'auto-proclamée Armée de Sully.

McIlroy a commis une erreur le 18 en faisant rouler un simple oiseau, alors que Sullivan a gonflé ses joues avec soulagement après avoir ensuite réalisé un putt difficile par un sur le même green.

"Si je n'arrête pas de dire ce que je suis et de bien frapper la balle, je peux toujours le faire", a ajouté Sullivan.

"Rory aura ses propres fans, probablement 90%, mais mes garçons font beaucoup de bruit. Je me sentais comme si le putter m'avait vraiment sauvé des trous."

En plus de chercher à remporter son troisième tour de la saison, McIlroy vise un troisième titre en quatre ans à Race to Dubai, le prix attribué au plus gros gagne-pain d'Europe.

McIlroy a mené la saison à son apogée et des six autres golfeurs qui pourraient potentiellement l'usurper, seul Danny Willett a encore une chance de jouer avec 18 trous.

Le troisième tour de l'Anglais 67 le place sur 205, quatre à la dérive de McIlroy.

"J'adorerais terminer l'année en beauté, remporter la Race to Dubai et surtout remporter ce tournoi", a déclaré McIlroy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest