Nico Rosberg bat Max Verstappen au Grand Prix de Belgique

Nico Rosberg a renforcé ses espoirs de reprendre le contrôle du championnat du monde samedi en décrochant la pole position pour le Grand Prix de Belgique de dimanche.

Profitant pleinement des nombreuses pénalités sur la grille de son coéquipier de Mercedes, Lewis Hamilton, qui l'ont placé au fond de la grille, l'Allemand de 31 ans a livré une performance bien jugée pour compléter un tour du chapeau. .

C'était la cinquième pole de Rosberg cette saison et le 28e de sa carrière, ce qui lui donne une excellente occasion de réduire, voire de réviser, l'avance de 19 points de Hamilton dans la course au titre des pilotes.

Max Verstappen, l'adolescent néerlandais et héros local, a terminé deuxième pour devenir le plus jeune coureur de l'histoire de la Formule 1 devant le Finlandais Kimi Raikkonen, de Ferrari.

Le quadruple champion Sebastian Vettel a terminé quatrième de la deuxième Ferrari devant l'Australien Daniel Ricciardo du deuxième Red Bull.

Sergio Perez était sixième devant son coéquipier de Force India, Nico Hulkenberg, Finn Valtteri Bottas de Williams, Jenson Button de McLaren-Honda et Felipe Massa dans la deuxième Williams.

"Merci les gars", a déclaré Rosberg, tout en parlant à son équipe sur son tour de ralentissement. "Une récupération impressionnante et un très bon travail."

La session a débuté dans des conditions étouffantes avec une température de l'air de 36 degrés Celsius et une trajectoire de 44 degrés, ce qui est tout à fait inattendu de la part des fournisseurs de pneus Pirelli et de nombreuses équipes.

Dans une démonstration de l'application stricte des limites de la piste, les commissaires sportifs ont rapidement supprimé les premiers tours du premier trimestre de Felipe Nasr et de Kevin Magnussen après que les deux pilotes eurent pris le risque de sortir de la route.

Hamilton prêt à charger

Le week-end troublé de Fernando Alonso s'est poursuivi lorsque, après avoir écopé d'une pénalité de 35 places sur le réseau, pour avoir pris une nouvelle unité motrice, il a eu une panne de voiture sans avoir marqué un tour.

Il était déjà destiné à rejoindre Hamilton à l’arrière de la grille, le champion en titre ayant écopé d’une pénalité sur la grille de 55 places pour avoir pris trois unités de puissance.

Le Suédois Marcus Ericsson, qui a également une pénalité de 10 places, le Russe Daniil Kvyat et le débutant français Esteban Ocon, sont sortis avec eux.

Tout cela signifie que le Britannique Jolyon Palmer a réussi à faire passer sa Renault au Q2 pour la deuxième course consécutive et que Hamilton, avec un large sourire, a affronté les médias comme un jeune partant.

"Ca pourrait être amusant", dit-il. "Je ne me suis jamais qualifié 18e auparavant, mais dans cette chaleur, ce pourrait être un mauvais moment pour prendre ces pénalités car les pneus disparaîtront si rapidement, mais c'est ce que c'est."

Il a ajouté que les pneus super tendres étaient "terribles – et qu'ils ne durent que trois tours … Alors, ce ne sera pas du tout cool et facile."

Alors que Hamilton discutait avec les journalistes avant d'aller nourrir ses chiens et de se détendre, Rosberg a donné le ton au Q2 devant Verstappen et Hulkenberg, tandis qu'un bouton solide de Button signifiait l'élimination des deux pilotes français Haas Romain Grosjean et Esteban Gutierrez en 11ème. et 13ème places.

Le duo Renault composé de Magnussen et Palmer a également pris le départ, accompagné de Carlos Sainz et de l’Allemand Pascal Wehrlein, qui s’est qualifié à une impressionnante 16e place.

Rosberg, Raikkonen, Vettel et Ricciardo sont tous passés sur le pneu «souple», ce qui signifie que ce sera le caoutchouc qu'ils utiliseront pour commencer la course de dimanche plutôt que le très fragile super-souple.

Les 10 meilleures tirs de barrage ont commencé avec Bottas en tête. Il a été révisé par Perez avant que Vettel ne se hisse au sommet, pour être remplacé par Verstappen.

La joie du héros local a également été de courte durée, cependant, puisque Rosberg l'a devancé d'un dixième lors de sa première manche.

Le premier tour en vol de Raikkonen comprenait une excursion à Stavelot, où il glissa loin dans un fossé de gravier. Cela lui laissait un temps d'avance sur le drame des dernières courses dans les dernières minutes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest