Muhammad Ali applaudi à Louisville alors que le monde se dit au revoir

Vendredi, des milliers de personnes ont applaudi et jeté des roses dans les rues de la ville natale de Muhammad Ali, Louisville, en faisant leurs adieux à la légende de la boxe et au héros des droits civiques connu sous le nom de "The Greatest".

Un cortège funèbre de masse, un enterrement privé et une cérémonie commémorative publique clôtureront deux jours d'hommages au triple champion du monde des poids lourds, décédé la semaine dernière à 74 ans après une longue bataille contre la maladie de Parkinson.

Pendant plus de deux heures, le cortège funèbre a traversé lentement la ville de 600 000 habitants située dans l'état du Kentucky, dans le sud des États-Unis, où Ali est né à une époque de ségrégation raciale.

Le cortège passait devant des sites importants pour "Le Champ": sa maison natale, le Centre Ali, le Centre du patrimoine afro-américain – qui se concentre sur la vie des Noirs dans le Kentucky – et le long du boulevard Muhammad Ali avant d'arriver à Cave Hill. Cimetière pour l'inhumation d'un héros.

Les fans étaient d'humeur festive: ils prenaient des photos, applaudissaient, applaudissaient et scandaient le nom d'Ali sous un soleil radieux alors qu'ils parcouraient les rues de Louisville, la plus grande ville du Kentucky, d'une trentaine de kilomètres.

Les spectateurs ont jeté des roses rouges et d'autres fleurs sur le corbillard transportant les restes d'Ali, bloquant une grande partie de son pare-brise à la fin du défilé. Une vingtaine de limousines transportant la famille d'Ali et ses amis proches ont suivi le cortège.

Les officiers de police ont fait du jogging à côté du corbillard qui passait devant la maison d'enfance d'Ali pour empêcher la foule nombreuse de rester dans la rue.

"Les enfants l'adorent, il a toujours défendu l'espoir dans ce quartier", a déclaré à l'AFP Toya Johnson, qui portait un t-shirt Ali.

"Pour les jeunes ici, il est un exemple."

Né Cassius Clay en 1942, le boxeur remporte l'or olympique et poursuit une carrière glorieuse avec ses combats épiques – comme "Rumble in the Jungle" avec George Foreman et "Thrilla in Manila" avec Joe Frazier – maintenant l'étoffe de la légende du sport.

Il a choqué l'Amérique en refusant de servir au Vietnam, une décision qui lui a coûté son titre et sa carrière pendant des années. Il a mérité son mépris pour ses commentaires incendiaires sur ses adversaires, appelant une fois Frazier un "gorille".

Mais Ali a ensuite gagné le respect mondial en tant que militant des droits civils prêchant la tolérance religieuse et pour son combat public contre une maladie qui a ravagé son corps autrefois puissant.

Muhammad Ali lors de son combat de légendaire champion du monde des poids lourds avec George Foreman.

 © AFP

Tyson rejoint les porteurs

L'acteur Will Smith – qui a remporté une nomination aux Oscars pour son interprétation d'Ali sur le grand écran – et les anciens champions des poids lourds Mike Tyson et Lennox Lewis seront parmi les porteurs lors de l'inhumation, qui se tiendra à huis clos.

La participation de Tyson n'a été confirmée que vendredi matin. "Le chagrin qu'il a montré était immense, il ne savait pas à l'époque s'il pouvait le faire avec émotion … mais apparemment, il a décidé hier qu'il devait être ici", a déclaré le porte-parole de la famille Bob Gunnell.

Un donateur anonyme a promis de couvrir le chemin final vers la tombe avec des pétales de rose rouge.

Vendredi après-midi, Ali sera honoré lors d'un service commémoratif interconfessionnel dans une grande arène sportive qui réunira des personnalités et des fans, avec l'ancien président américain Bill Clinton et le comédien Billy Crystal pour des éloges.

Quelque 15 500 personnes sont attendues – des billets gratuits ont été achetés en une demi-heure et un marché noir pour les billets convoités qui poussent en ligne.

'Perdu une icône'

Barack Obama ne sera pas présent à l'enterrement de l'homme qu'il qualifie de "héros personnel" puisqu'il coïncide avec la sortie du lycée de sa fille Malia.

Mais le président américain a publié jeudi un message vidéo dans lequel il affichait deux souvenirs donnés par "The Champ" – un livre de photographies et un ensemble de gants – qu'il avait gardés à ses côtés tout au long de son séjour à la Maison Blanche.

"Cette semaine, nous avons perdu une icône", a déclaré Obama dans son message. "Une personne qui, pour les Afro-Américains, je pense, a libéré son esprit en reconnaissant qu'elle pouvait être fière de ce qu'elle était."

"J'ai grandi en le regardant. J'ai grandi, mon identité a été façonnée par ce qu'il a accompli", a-t-il déclaré. "Les incroyables gestes d'amour et de soutien qu'il m'a montrés ont été l'une des grandes bénédictions de ma vie."

"Flotter comme un papillon"

Le président turc Recep Tayyip Erdogan devait assister à la cérémonie commémorative de vendredi, mais a interrompu son voyage aux États-Unis après un différend avec les organisateurs de funérailles, ont rapporté les médias turcs.

Les gardes du corps d'Erdogan et des agents des services secrets américains se sont également brièvement affrontés lors du service de prière islamique jeudi alors qu'ils surveillaient conjointement le président turc, a annoncé le journal.

Jeudi, des milliers de personnes se sont rassemblées pour le service musulman en souvenir du champion converti à l'islam en 1964, qui a pris le nom de Muhammad Ali.

Les hommes et les femmes musulmans ont prié en rangées séparées, la plupart avec la tête voilée.

La brève cérémonie a réuni des dignitaires et des fans ordinaires, rendant hommage à un homme connu pour sa ténacité dans le ring et son activisme social en dehors de celui-ci.

"Mon héros était enfermé dans son corps", a déclaré le chauffeur de taxi de Louisville, Fred Dillon, évoquant le combat d'Ali contre Parkinson.

"Maintenant, il peut flotter comme un papillon."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest