Mo Farah entre dans les livres d'histoire après avoir défendu le titre du 10 000 m

Le Britannique Farah a poursuivi sur sa lancée dans les grands championnats en conservant son titre mondial au 10 000 mètres à Beijing.

Pour Farah, il s'agissait d'une sixième victoire consécutive au 5000 m ou au 10 000 m lors de championnats du monde ou de Jeux olympiques remontant à 2011, qui ont produit une course superbe pour remporter l'or sous les projecteurs au stade emblématique de Bird's Nest.

Farah est en larmes depuis sa défaite face à Ibrahim Jeilan à Daegu il y a quatre ans. Il a rebondi après sa défaite pour remporter le 5000m et l'a doublé d'un doublé de conte de fées aux Jeux olympiques de Londres en 2012, un exploit qu'il a répété aux championnats du monde de 2013. à Moscou.

La superstar d'origine somalienne, dont les préparatifs pour Pékin ont été compliqués par des accusations de dopage qui ont englouti son entraîneur américain Alberto Salazar, a maintenant une chance de marquer sept buts s'il remporte le 5000 m.

Salazar est accusé d'avoir enfreint plusieurs règles antidopage – notamment de fournir aux athlètes des stéroïdes améliorant leurs performances – bien que Farah ait été blanchie de tout acte répréhensible après une enquête menée par des officiels britanniques de l'athlétisme.

Le joueur de 32 ans a plaidé pour être autorisé à se concentrer sur la course à pied depuis que la controverse sur l'implication présumée de Salazar dans le dopage avait été rompue et que les célébrations à la poésie de Farah lui avaient permis de souligner à quel point la victoire le concernait.

"Gagner comptait tellement pour moi", a déclaré Farah après avoir dépassé des sommités comme les Ethiopiens Kenenisa Bekele et Haile Gebrselassie. "Ca n'a pas été une année facile car tout ça a commencé, mais j'ai laissé ma course parler."

Farah a capturé le cœur d'une nation aux Jeux olympiques de Londres, avec sa signature "Mobot" copiée par des milliers de fans britanniques, mais il a subi une lourde chute après une dispute publique avec son coéquipier Andy Vernon plus tôt cette année.

Les deux hommes se sont affrontés sur les médias sociaux avant que Farah ne se moque d'une poignée de main après une course à Lausanne. Vernon a accusé le double athlète européen de l'année de l'avoir juré.

Farah a fait preuve d'une détermination sans faille après quelques mois d'essais, taclant contre les Kenyans Geoffrey Kamworor et Paul Tanui et les laissant pour morts avec son coup de pied de marque pour la maison juste avant la cloche.

Son temps de victoire de 27 minutes, 01.13 secondes sera de bon augure pour sa quête d'un autre doublé à Pékin, la scène de sa plus grande déception de carrière lorsqu'il n'a pas réussi à se qualifier aux Jeux olympiques de 2008. Peu parieraient contre lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest