Mo Farah défend le double mondial avec 5000 m d’or


Pékin:

Mo Farah est devenu le premier homme à remporter des doubles mondiaux consécutifs de distance en remportant la victoire sur 5000 mètres au stade Bird’s Nest de Pékin samedi.

Le Britannique, secoué cette saison par des allégations de dopage contre son entraîneur, a mis la ligne derrière lui alors qu’il réalisait un final dévastateur de 80 mètres pour rentrer chez lui en 13min 50,38sec.

Le Kenyan Caleb Ndiku, en 13: 51,75, a remporté la médaille d’argent après avoir fait une pause courageuse avec 800 m à courir. L’Éthiopien Hagos Gebrhiwet a remporté le bronze.

La victoire de Farah, qui a remporté le 10 000 m le week-end d’ouverture, scelle un «triple double» unique de titres de distance lors de championnats du monde consécutifs et des Jeux olympiques de Londres.

« Ce soir, j’ai dû creuser profondément, il est descendu dans les 100 derniers mètres », a déclaré Farah, 32 ans, d’origine somalienne. « Je me sentais un peu fatigué de parcourir les rondes et de revenir.

« C’est difficile car tout le monde a une grande vitesse et il y a beaucoup de gars capables de gagner. Ils y sont allés. L’important était de gagner la course et je l’ai fait! »

La victoire de Farah lui a valu une septième victoire consécutive sur une distance sans précédent aux championnats du monde et aux Jeux olympiques, remontant à sa médaille d’or au 5000 m à Daegu en 2011.

Son double correspondait à celui du sprinter Usain Bolt, avec qui Farah a franchi les échelons jeunes et juniors, après que le Jamaïcain ait défendu avec succès ses titres au 100m et au 200m.

Le coéquipier britannique de Farah, Tom Farrell, a mené la lenteur d’ouverture pour le peloton de 15 joueurs des 12 tours et demi du stade Bird’s Nest dans des conditions chaudes et sans vent.

Farah s’est garé à l’arrière du peloton alors que le couple américain Ben True et Galen Rupp, le partenaire d’entraînement de Farah sous l’entraîneur assiégé Alberto Salazar dans l’Oregon, ont suivi Farrell.

Avec sept tours à courir, Farah a commencé à remonter le peloton, devant pousser le vétéran Imane Merga à l’arrière et en avant alors que l’Ethiopien se frayait également un chemin pour passer et prendre la tête.

Farah reprit sa foulée alors que le peloton se massait à nouveau, la poussée de Merga facilement absorbée.

Farah s’est retrouvé à donner le rythme à quatre tours de la fin, allongeant sa foulée alors que les tactiques de l’équipe éthiopienne entraient en jeu et se bousculaient pour la position, faisant sortir le Bahreïni d’origine kényane Albert Rop.

Le vrai coup de pied est venu avec 800 mètres à courir, Ndiku étirant le terrain pour la première fois avec un virage impressionnant.

Alors que la cloche du dernier tour sonnait, le champion du Commonwealth et médaillé d’or du monde en titre du 3000m en salle du Kenya est resté en tête, poursuivi par Farah et Gebrhiwet à fond.

Promu

Farah n’a pas réussi à rattraper le Kenyan dans le virage, mais en entrant dans la dernière ligne droite, le Londonien a contourné Ndiku pour rugir d’une foule remplie avec un tour de vitesse incroyable pour une victoire finalement confortable.

L’Éthiopien Yomif Kejelcha, le plus rapide du monde en 2015, est arrivé quatrième devant Rupp et True.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest