L'IOA a peur de la suspension du CIO et rejette le nouveau projet de code sportif national

Malgré l'annonce de Rijiju, le ministère, par l'intermédiaire de son directeur (Sports), a envoyé une lettre à l'AIO le 24 octobre pour faire part de ses commentaires sur le projet de code national du sport au plus tard le 10 novembre.

Le secrétaire général de l'AIO, Rajeev Mehta, a pour sa part envoyé une note rejetant les modifications proposées par le projet de code national du sport de 2017.

"Nous, l'AIO et tous nos membres, rejetons catégoriquement le nouveau projet de Code du sport, qui interfère avec l'autonomie de l'AIO et de ses membres. Le Code du sport a été discuté avec GOI MYAS et mis en œuvre en 2014 dans les statuts de l'AIO, ce qui a permis à l'IOA de retrouver sa reconnaissance. en 2012 ", a déclaré Mehta dans la lettre de réponse envoyée au ministère.

"Toute ingérence ultérieure dans l'autonomie d'IOA sera prise au sérieux par le CIO et l'OCA et peut à nouveau conduire à la suspension de l'adhésion à l'IOA. Nous espérons certainement que le ministère des Sports n'a pas l'intention d'envoyer un contingent indien aux Jeux olympiques de Tokyo sous le drapeau du CIO." pas le drapeau indien ".

L'IOA a été suspendue par le CIO en décembre 2012 pour ingérence du gouvernement et a été rétablie 14 mois plus tard après avoir obtenu son assurance de l'autonomie.

Exprimant sa surprise devant l'insistance du ministère à fournir des commentaires, il a écrit: "Nous sommes disposés à travailler ensemble en formant un petit comité chargé de le faire avancer comme convenu le 11.10.2019 et nous espérons que MYAS maintiendra ce qui a été transmis à IOA & NSFs lors de la réunion du 11 octobre 2019. "

Le Code national du sport de 2011 est en vigueur, mais un nouveau Code national du sport a été rédigé en 2017. Le projet de modification drastique du Code de 2011, prévoyant l'interdiction des ministres, des membres du Parlement et des assemblées législatives et des fonctionnaires gouvernementaux IOA, restrictions d'occupation et limite d'âge de 70 ans.

Le projet a également été élargi à tous les membres du bureau et aux membres du conseil d’AIO et des FSN. Il appelle également les FNS à nommer des directeurs généraux, des directeurs de candidats et un médiateur.

S'agissant de la limite d'âge fixée à 70 ans pour les membres de son bureau et les autres membres de la commission exécutive, l'AIO a affirmé que, même si la norme est en phase avec la Charte olympique, le CIO ne l'a pas appliquée dans toutes les fédérations internationales.

Au lieu de cela, l'AIO a proposé que chaque FNS soit autorisée à respecter la limite d'âge de sa fédération internationale respective ou qu'une limite d'âge uniforme de 75 ans soit imposée.

"Compte tenu de la longévité du mandat d'une personne au CIO, la règle de la révocation de la qualité de membre à 70 ans est optimale pour le CIO. Toutefois, compte tenu des différences dans la composition et la structure de gouvernance entre le CIO et le CNO, cette règle de limitation d'âge ne peut pas être appliquée in toto pour tous les membres du conseil d'administration du CNO. S'il y a une limite, 75 ans proposés comme limite d'âge ", a déclaré l'AIO.

"Aucune loi du pays ne limite l'âge d'une personne à un service honorifique dans une société ou une organisation à but non lucratif."

En ce qui concerne le mandat des membres du bureau, l'AIO a proposé trois mandats pour les président, secrétaire général et trésorier et aucune limite pour les autres numéros du Conseil exécutif. Il a également proposé de supprimer le délai de réflexion pour les membres du bureau.

"La stabilité et la continuité du leadership sont des principes essentiels de la bonne gouvernance. Cette proposition (du projet de code) déstabiliserait continuellement l'administration. Deux termes ne suffisent pas pour toute contribution significative ou mise en œuvre de plans à long terme. Il est proposé de supprimer tout d'abord limitation de la période de refroidissement.

"La limitation concernant le" parent immédiat "au sein du conseil est contestée car il n'y a pas de loi du pays, à notre connaissance, limitant l'élection ou la nomination au conseil d'administration d'organisations autonomes basées sur la relation d'un individu."

Le projet de code, qui stipule que l'AIO et les FNS "seront réputés être une autorité publique", exempte les organismes de la divulgation d'informations commerciales en vertu de la loi sur la propriété intellectuelle.

L'IOA a émis des doutes sur le déménagement et s'est demandé s'il allait à l'encontre des dispositions de la loi.

Concernant le projet de code visant à élargir la définition de "membres du bureau" afin d'inclure le vice-président et les secrétaires adjoints, l'AIO a proposé de maintenir les mêmes dispositions du code de 2011, qui ne mentionnait que président, secrétaire général et trésorier.

S'opposant à une autre proposition du code, Mehta a également déclaré que l'AIO "poursuivrait l'affiliation des associations olympiques d'État et du territoire de l'union en tant que membres du CNO ayant le droit de voter et de contester son élection".

L'AIO a également déclaré que la commission des athlètes se conformerait aux directives du CIO et s'opposerait à l'intervention du gouvernement dans cette affaire.

Il s’est également opposé à l’audit de ses comptes par le CAG, qui "n’a pas recours aux fonds publics pour son administration".

L'AIO a également rejeté "les tentatives du gouvernement de réglementer l'administration des questions d'éthique, le règlement des différends et le règlement des différends qui relèvent actuellement d'IOA".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest