L’heure d’Ashleigh Barty ? Le favori numéro un pour remporter l’Open d’Australie

Ashleigh Barty sera la favorite pour remporter son Open d’Australie à domicile pour la première fois, mais même avec Serena Williams absente, la numéro un mondiale fait face à des menaces sous tous les angles. Pour la première fois en un quart de siècle, le premier Grand Chelem de l’année ne mettra en vedette aucune des sœurs Williams – Serena aurait visé une 24e couronne majeure, un record, mais elle n’est pas en forme.

Alors que la championne en titre Naomi Osaka est toujours en train de retrouver sa forme et sa forme physique après une longue pause, Barty, 25 ans, est devenue la favorite de Melbourne Park.

Comme sa rivale Osaka, Barty a été exclue du troisième tour de l’US Open en septembre et n’a pas joué le reste de l’année, rentrant chez elle en Australie en raison de la pandémie de coronavirus.

Contrairement à la star japonaise, qui s’est retirée d’un tournoi d’échauffement la semaine dernière en disant que son « corps a eu un choc » après avoir joué ses premiers matchs pendant quatre mois, Barty semble déjà être de retour dans le rythme.

Barty a remporté Roland-Garros en 2019 et Wimbledon l’année dernière, mais sa meilleure performance à Melbourne a été d’atteindre les demi-finales en 2020, où elle a perdu contre l’éventuelle championne Sofia Kenin.

Cependant, elle a lancé un avertissement au reste du terrain de l’Open d’Australie dimanche, remportant les titres en simple et en double à l’Adelaide International.

Barty s’est retirée du Sydney Classic de cette semaine, expliquant qu’elle avait besoin de se remettre de ses exploits, mais a déclaré que sa 14e couronne en simple en carrière était un énorme boost de confiance.

« Quand j’étais dos au mur, j’ai pu produire de très bonnes choses », a-t-elle déclaré à la WTA.

« Les pré-saisons sont bonnes, mais vous ne savez jamais vraiment où se situe ce niveau tant que vous ne vous testez pas contre les meilleurs.

« Et ça a été vraiment agréable d’avoir de bons coups sûrs cette semaine et je sens que je suis prêt. »

Alep, Muguruza menacent

Le tennis masculin a été dominé par les « Trois Grands » de Novak Djokovic, Rafael Nadal et Roger Federer, mais le tennis féminin reste grand ouvert.

Les quatre tournois du Grand Chelem de l’année dernière ont été remportés par quatre femmes différentes — Osaka (Australienne), Barbora Krejcikova (Française), Barty (Wimbledon) et Emma Raducanu (États-Unis) et les premières sorties d’Osaka et de Barty à l’US Open ont souligné ce point.

Osaka, double champion de Melbourne, est allé à l’éventuelle finaliste new-yorkaise Leylah Fernandez, qui a perdu contre son compatriote adolescent Raducanu dans le match décisif.

La Britannique Raducanu, qui entame sa première saison complète du WTA Tour, a connu des difficultés depuis son apparition étonnante à Flushing Meadows et a été testée positive le mois dernier pour Covid-19.

Elle s’est retirée d’un événement de préparation à Melbourne la semaine dernière en disant que c’était « trop tôt pour moi, je venais de rentrer de l’isolement ».

Raducanu devrait être bien pour l’Open d’Australie, et Fernandez sera également là, tout comme un autre jeune talent prodigieux sous la forme de l’Américaine Coco Gauff, 17 ans.

Mais cela pourrait être l’occasion pour la garde plus âgée de se réaffirmer.

Garbine Muguruza, qui a perdu contre l’Américain Kenin lors de la finale de 2020, est troisième au classement mondial derrière Barty et la Biélorusse Aryna Sabalenka, qui frappe fort.

L’Espagnol de 28 ans a gaspillé deux balles de match contre Osaka l’année dernière à Melbourne Park lors des 16 derniers matchs et a remporté la finale de la WTA à Guadalajara.

Il y a aussi la réémergence d’une autre ancienne numéro un, Simona Halep.

La Roumaine de 30 ans, figure populaire du tennis féminin, a remporté dimanche son premier titre en 16 mois à la suite d’une sombre série de problèmes aux mollets et aux genoux.

« Après une année difficile, c’est toujours agréable d’avoir un trophée entre les mains », a déclaré le Roumain.

Promu

« Physiquement, je suis au bon endroit, la confiance grandit », a-t-elle ajouté.

(Cette histoire n’a pas été éditée par le personnel de NDTV et est générée automatiquement à partir d’un flux syndiqué.)

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest