Lewis Hamilton «  terrifié  » par la nouvelle surface d’Istanbul après un glissement et une glissade d’entraînement


Un Lewis Hamilton frustré a déclaré qu’il était déconcerté et terrifié par la nature perfide de la piste après avoir terminé quatrième pour Mercedes lors des essais d’ouverture de vendredi pour le Grand Prix de Turquie de ce week-end. Le Britannique de 35 ans, qui cherche à sceller un septième titre mondial avec un record lors de la course de dimanche, a déclaré que l’entraînement de sa journée avait été « un peu désastreux » sur le circuit d’Istanbul Park. « C’est un circuit fantastique et je ne comprends vraiment pas pourquoi ils dépensent des millions pour refaire la surface de la piste », a-t-il déclaré. « Je sais que ça fait longtemps que ça marche, mais peut-être qu’ils auraient pu le nettoyer au lieu de gaspiller tout leur argent. »

La piste n’a pas été utilisée pour une course de Formule 1 depuis neuf ans depuis le Grand Prix de Turquie 2011 et dans des conditions fraîches et humides, elle offrait très peu d’adhérence.

«Maintenant, c’est pire que Portimao (Portugal) avec sa nouvelle surface donc, pour nous, les pneus ne fonctionnent pas et vous pouvez voir que c’est comme une patinoire là-bas.

« Vous n’obtenez pas tout à fait le plaisir du tour comme on pourrait s’y attendre ici à Istanbul et je ne vois pas cela changer. »

Il a dit que chaque tour était une expérience très difficile.

«C’est terrifiant – tout au long du parcours. Il y a des plaques humides partout.

« Donc, vous êtes sur slicks, vous accélérez et ça va si vite. »

Il a expliqué qu’en raison du froid, ses pneus ne fonctionnaient pas correctement et que, sur un circuit aussi lisse, ses problèmes étaient exacerbés par les suintements d’huile du nouvel asphalte.

La nouvelle surface n’avait que 10 jours et la surface du circuit avait été lavée pendant la nuit avant les essais d’ouverture, ce qui rendait presque impossible la génération de chaleur dans les pneus.

Max Verstappen de Red Bull, qui a dominé les deux séances de vendredi, était d’accord avec l’évaluation du six fois champion.

« Eh bien, ça ne peut pas être pire au fond, » dit-il.

« Nous sommes encore à des kilomètres et c’est comme conduire sur la glace. Pire de loin que ce ne l’était à Portimao. En fin de compte, c’est la même chose pour tout le monde donc il faut juste s’y adapter.

« J’espère qu’il ne pleuvra pas car ce sera comme une bonne conduite sur glace, alors peut-être que nous devrons passer à des pointes ou quelque chose sur les pneus. Ce serait assez intéressant. Alors, voyons voir. »

Charles Leclerc, qui était deuxième pour Ferrari, était un autre qui a glissé et a filé, mais s’est dit satisfait d’une performance compétitive pour finir devant son coéquipier Mercedes de Hamilton, Valtteri Bottas.

«Après un certain temps, j’ai vraiment apprécié», a-t-il déclaré.

Le Finlandais est le seul pilote à pouvoir empêcher Hamilton de remporter son septième titre dimanche et, s’appuyant sur son expérience des rallyes hivernaux en Finlande, il a déclaré avoir apprécié le changement.

« Au début, c’était loin de ce à quoi nous sommes habitués en F1, mais j’ai apprécié. Je jouais un peu et c’était amusant. »

Bottas doit battre Hamilton d’au moins huit points pour maintenir son défi au titre en vie.

Le coéquipier de Red Bull de Verstappen, le Thaïlandais Alex Albon, né à Londres, a terminé cinquième et a admis qu’il était préoccupé par les conditions glissantes avant les qualifications de samedi.

Promu

«C’est mauvais», dit-il. « Je ne sais pas ce que nous allons faire en qualifications. Je ne sais pas si tout le monde va sortir au feu vert et nous roulons tous sur des softs pendant toute la séance avec un flot de carburant pour faire un course de course.

« C’est ce que tout le monde va faire. »

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest