Lewis Hamilton remporte son sixième titre mondial F1 et se rapproche du record de Michael Schumacher

Après avoir mené deux fois, Hamilton a été dépassé par Bottas et a résisté à Max Verstappen (Red Bull) pour remporter son 150e podium et sa 31e victoire consécutive dans les points.

Il a scellé son sixième titre, lui laissant une dérive sur Michael Schumacher sur sept.

Lewis Hamilton a ajouté le titre 2019 à ses victoires précédentes en 2008, 2014, 2015, 2017 et 2018.

"Je n'arrive pas à y croire, merci beaucoup", a déclaré Hamilton à la radio de l'équipe, alors qu'il sortait du match nul pour cinq titres qu'il avait remportés avec l'Argentin Juan-Manuel Fangio.

Il a ajouté: "C’est vraiment écrasant si je suis vraiment honnête. C’était une course si difficile aujourd’hui. Valtteri a fait un excellent travail. En tant qu’athlète, je me sens aussi frais que possible. Nous allons continuer à pousser pour le reste de la saison. "

"Je ne savais pas si cela serait possible mais j'ai travaillé aussi dur que possible ici avec mon équipe à l'usine. Ma mère, mon père, ma belle-mère et mon beau-père et ma famille sont ici et c'est un honneur de être ici avec six titres avec ces grands.

'N'abandonnez jamais'

"Mon père m'a dit, quand j'avais six ou sept ans, de ne jamais abandonner et c'est un peu la devise de la famille."

Il s'agissait de la quatrième victoire de Bottas et du septième de sa carrière.

"C'est une bonne victoire", a déclaré le Finlandais. "Personnellement, j'ai raté mon objectif cette année, mais Lewis le mérite. Il a eu une bonne saison."

Hamilton a garé sa Mercedes dans un espace "réservé au champion" avant de se jeter dans les bras de sa famille et de ses amis.

Verstappen a terminé troisième devant Charles Leclerc de Ferrari – une compensation au patron de l’équipe Mattia Binotto à l’occasion de son 50e anniversaire à la suite de la retraite anticipée de Sebastian Vettel, avec suspension brisée – avec Alex Albon cinquième pour le deuxième Red Bull.

Daniel Ricciardo était sixième pour Renault devant les deux McLaren de Lando Norris et Carlos Sainz, Nico Hulkenberg dans la deuxième Renault et Daniil Kvyat de Toro Rosso.

Sur une journée parfaite sous le ciel bleu, la course a débuté par une montée explosive vers Turn One, Bottas tirant pleinement parti de sa pole position avec un départ parfait.

Derrière lui, Verstappen s'est rangé à côté de Vettel pour prendre la seconde place, tandis que Hamilton a suivi et a profité des deux Ferrari.

"Je dois avoir des dégâts", a rapporté Vettel. "Je n'ai rien frappé, mais j'ai un sous-volant comme un fou."

Au cinquième tour, il était tombé à la septième place, mais il était encore pire lorsque la suspension de sa voiture était tombée en panne, l'arrière droit s'effondrant alors qu'il traversait Turn Nine.

La sortie de Vettel a quitté Hamilton, à la poursuite de Verstappen, qui s’est dressé tôt au 14e tour pour obtenir une paire de pneus durs.

Un tour plus tard, Bottas est entré, également pour les durs, et Hamilton a hérité de la tête. Le Finlandais a rapidement dépassé Leclerc pour se classer deuxième alors que les Silver Arrows menaient le peloton.

'Sois raisonnable'

"Juste être sage", prévint Red Bull, qui avait un nouvel aileron arrière monté sur la grille.

Bientôt, il se classait troisième à la poursuite, tandis que Bottas, en caoutchouc frais, réduisait l'écart avec l'avance de Hamilton, le faisant passer de 15 secondes à 6,6 au 20e tour.

Leclerc est passé de la quatrième place au 21e tour, mais a été tenu pendant 7,7 secondes alors que son équipage avait du mal à s'adapter à sa roue arrière gauche.

Comme Hamilton, nourrissant toujours son médium d'origine, il était censé suivre une stratégie à guichet unique.

On a demandé à Hamilton de faire le tour au 24e tour. "Une boîte, une boîte", a déclaré son ingénieur, mais le pilote a dit non. "Je veux y aller plus longtemps", répondit-il, ignorant une demande de l'équipe Mercedes.

Un tour plus tard, il était à l'arrêt et restait stationnaire pendant 2,4 secondes, rejoignant la troisième place en pneus durs, 23 secondes derrière Bottas et 15 en retard dans Verstappen.

Hamilton a rapidement réalisé le meilleur temps à l'alarme de son équipe, craignant pour le bien-être des pneus.

Cinq tours plus tard, Verstappen se dressait à nouveau pour les médiums et rejoignait la troisième place. Bottas a suivi un tour plus tard, rejoignant la seconde place devant le Néerlandais, Hamilton terminant à nouveau 10 secondes.

À 20, il semble que le trio de tête porte le plus souvent l’usure des pneus.

À 12 tours de la fin, Bottas était à 3,6 secondes de Hamilton et six devant Verstappen.

Leclerc était un lointain quatrième, par 50 secondes. Pour Bottas, c’était un défi de taille de rattraper l’Anglais et encore plus de le doubler sans tout risquer pour Mercedes.

Au 52e tour, Bottas a tenté une passe, mais Hamilton a résisté et l'a forcé à s'échapper.

Un tour plus tard, le Finlandais a repris l'avantage et a laissé Hamilton à la merci du Verstappen, une menace à laquelle il a résisté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest