Lewis Hamilton a le droit de s'exprimer sur l'injustice raciale, déclare Bernie Ecclestone


L'ancien suprémo de F1 Bernie Ecclestone a soutenu Lewis Hamilton après que le sextuple champion du monde eut évoqué sa "rage" face à l'injustice raciale après la mort de George Floyd. L'Anglais de 89 ans a déclaré que Hamilton et les autres stars du sport devraient avoir la liberté d'exprimer leurs opinions. Hamilton, le seul pilote noir de F1, mardi, a déclaré qu'il avait été "complètement submergé par la rage à la vue d'un mépris aussi flagrant pour la vie de notre peuple (noir)" à la suite de l'incident aux États-Unis.

C'était la deuxième fois qu'il parlait de la mort de Floyd, un Afro-américain non armé décédé la semaine dernière après qu'un policier de Minneapolis se soit agenouillé sur le cou.

De nombreuses stars mondiales du sport, dont plusieurs pilotes de Formule 1, se sont prononcées contre l'injustice raciale depuis l'incident.

"C'est une bonne chose que Lewis sorte et que les footballeurs commencent à parler et qu'ils devraient continuer à le faire", a déclaré Ecclestone à l'AFP par téléphone depuis son domicile en Suisse.

Ecclestone, qui a supervisé la transformation de la F1 en un géant commercial mondial de plusieurs milliards de dollars, a salué la réaction généralisée à la mort de Floyd.

"En ce qui me concerne personnellement, c'est une grande surprise pour moi qu'il ait fallu si longtemps pour qu'un Noir soit tué si brutalement pour attirer l'attention des sportifs sur ces choses", a-t-il déclaré.

Ecclestone a déclaré qu'il avait pris position contre le racisme lorsqu'il a retiré le Grand Prix d'Afrique du Sud du calendrier en 1986 en raison du régime d'apartheid alors en place.

"J'ai retiré la course de l'Afrique du Sud quand il y a eu l'apartheid, ce qui était faux et dégoûtant", a déclaré Ecclestone.

"Je ne vois pas que le racisme ait disparu. Les gens n'ont pas toujours été très gentils".

Ecclestone a comparé sa décision sud-africaine au moment où il y avait eu des protestations contre le Grand Prix de Bahreïn en 2012.

L'édition de l'année précédente avait été annulée en raison des troubles dans le pays. Les autorités ont réprimé les manifestations dirigées par les chiites exigeant une réforme politique.

Mais la course de Bahreïn s'est controversée en 2012.

"J'ai argumenté à Bahreïn et soutenu les personnes qui se plaignaient d'avoir été victimes d'intimidation ou autre", a-t-il déclaré.

"J'ai rencontré la personne qui organisait les manifestations et rencontré des personnes qui prétendaient avoir été torturées.

"Dans ce cas, ils voulaient reprendre le pays et ce n'était pas le cas en Afrique du Sud ni maintenant aux États-Unis – bien au contraire."

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest