Les festivités de la flamme des Jeux olympiques de Tokyo redoublées sur le coronavirus


Les organisateurs de Tokyo 2020 ont déclaré mardi qu’ils avaient pris la décision « déchirante » de réduire certaines parties du relais de la flamme olympique en raison du coronavirus, mais ont souligné que les spectateurs seraient toujours autorisés à regarder depuis le bord de la route. Le directeur général Toshiro Muto a déclaré aux journalistes que le « grand départ » du relais de la torche depuis la province de Fukushima, frappée par la catastrophe, aurait lieu sans spectateurs « afin d’empêcher la propagation des infections ». Tous les spectateurs qui ne se sentent pas bien seront invités à ne pas regarder du bord de la route et les porteurs de flambeaux avec des températures élevées ne pourront pas participer, a déclaré Tokyo 2020.

« Veuillez faire attention à ne pas former de foules », ont insisté les organisateurs, précisant que le programme pourrait être modifié en cas de « congestion excessive ».

Les changements surviennent alors que les doutes augmentent sur la possibilité d’ouvrir les Jeux comme prévu le 24 juillet, le coronavirus décimant le calendrier sportif mondial, y compris les épreuves de qualification olympique, et réduisant les voyages internationaux.

Muto a réitéré que les Jeux Olympiques se dérouleraient « comme prévu », tout en reconnaissant que « les situations changent d’heure en heure ».

« C’est navrant pour nous », a déclaré Muto, faisant référence aux changements apportés au relais.

Les cérémonies pour marquer l’arrivée de la flamme à sa destination finale chaque jour, ainsi que les cérémonies de départ, se dérouleront sans fans.

Les soi-disant « programmes d’accueil » des municipalités locales seront abandonnés.

La flamme devrait arriver le 20 mars, dans la préfecture de Miyagi au nord de Tokyo, après que la traditionnelle cérémonie d’allumage en Grèce s’est déroulée sans spectateurs.

Seuls 100 invités accrédités du Comité International Olympique et du Comité d’Organisation de Tokyo 2020, contre 700 initialement prévus, ont été autorisés à assister à la cérémonie.

La Grèce a ensuite annulé son étape du relais de la torche après que de grandes foules se soient rassemblées pour voir la flamme, malgré les appels répétés à rester à l’écart.

L’acteur hollywoodien Gerard Butler, qui a joué le rôle de l’ancien roi spartiate Leonidas dans l’épopée 2007 « 300 », a été assailli alors qu’il allumait un chaudron dans la ville de Sparte.

« Problèmes sérieux »

Les organisateurs olympiques japonais avaient déjà réduit les festivités pour célébrer l’arrivée de la flamme dans une base militaire, abandonnant les plans visant à impliquer 200 enfants.

L’étape japonaise du relais débutera le 26 mars depuis le complexe sportif «J-Village», qui a été utilisé comme base opérationnelle par les travailleurs qui se démènent pour contenir les réacteurs nucléaires paralysés de Fukushima après le tremblement de terre et le tsunami de 2011.

Le Japon a choisi les villes reculées entourant la centrale nucléaire de Fukushima pour le démarrage du relais afin de mettre en valeur la reconstruction de la région.

Les responsables japonais ont vanté les Jeux d’été comme les «Jeux olympiques de la reprise», espérant attirer l’attention du monde entier et un sentiment d’optimisme sur la région.

Le relais fera le tour du pays et se terminera à Tokyo, à plus de 200 kilomètres (120 miles) de Fukushima.

Cependant, alors que le coronavirus poursuit sa marche implacable à travers le monde, les sondages dans les médias japonais suggèrent que les gens croient de plus en plus qu’il serait préférable de reporter les Jeux olympiques.

Dans une enquête publiée mardi, le journal Asahi Shimbun a déclaré que 63% pensaient que les Jeux devraient être reportés, tandis que 23% ont déclaré que les Jeux devraient se poursuivre comme prévu.

Le Premier ministre Shinzo Abe et le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, ont insisté sur le fait que les préparatifs des Jeux se déroulent comme prévu, ce dernier déclarant qu’une annulation est « impensable ».

Après une réunion téléphonique avec d’autres dirigeants du Groupe des Sept lundi, Abe a déclaré qu’il avait reçu leur soutien pour organiser les Jeux Olympiques « dans leur format complet » en tant que « symbole de la victoire de l’humanité » sur le virus.

Cependant, la décision appartient au Comité international olympique (CIO), dont le chef Thomas Bach a souligné qu’il suivrait les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) concernant un éventuel report.

Mais il a également reconnu que l’annulation des épreuves de qualification posait « de sérieux problèmes ».

Promu

Le CIO doit tenir des entretiens de haut niveau mardi avant de tenir des conférences téléphoniques avec les organisations sportives pour discuter de diverses questions, y compris les qualifications.

Le Japon a enregistré 824 cas et 28 décès liés à l’épidémie de coronavirus, classée pandémie par l’OMS.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest