Les crayons F1 ont enregistré 23 courses pour 2021, dont l’Arabie saoudite


La Formule 1 a mis un visage courageux sur la pandémie de coronavirus en publiant vendredi une proposition de programme d’un record de 23 Grand Prix pour la saison 2021, dont un en Arabie saoudite. Le précédent record de courses dans une saison est de 21. Vingt-deux courses étaient prévues pour 2020 mais la pandémie a réduit ce chiffre à 17. Le programme révèle plusieurs séries de trois courses en week-ends successifs, ce qui est susceptible d’étirer les équipes. « Cela représenterait un travail énorme pour les mécaniciens », a déclaré Christian Horner, directeur de l’équipe Red Bull.

« Nous sommes à 23 semaines de chez nous. Nous approchons du point de saturation auquel nous aurions besoin de deux équipes », a déclaré le Britannique.

Si les pilotes devraient être présents à chaque course, d’autres équipes envisagent également de changer de mécanique.

« Nous espérons mettre en place un système de rotation afin que personne n’ait à se rendre à toutes les courses », a déclaré le directeur de l’équipe Williams, Simon Roberts.

Son homologue AlphaTauri, Franz Tost, est du même avis tandis que Guenther Steiner de Haas soupçonne que le coronavirus aura encore une fois le dernier mot.

« Il y a une chance, avec la pandémie, que les courses soient annulées », a déclaré Steiner.

« Vingt-trois GP, ce serait dur pour les équipes. Si ça continue, il va falloir trouver des solutions comme des week-ends plus courts. »

Des GP de deux jours, comme c’est le cas pour la course de ce week-end à Imola avec une seule séance d’essais libres le samedi matin au lieu de trois le vendredi et samedi, sont les options proposées par le pilote Red Bull Alexander Albon et défendues par Horner.

Le sport a déjà fait l’objet d’un examen attentif sur l’organisation d’un GP à Bahreïn et l’ajout de l’Arabie saoudite augmentera certainement le volume de la dissidence de la part des observateurs des droits humains.

Alors que la plupart préféraient affirmer leur ignorance du sujet vendredi, le champion du monde Lewis Hamilton a parlé du sport en général comme « une plate-forme puissante pour initier le changement ».

Le patron de Ferrari, Mattia Binotto, a également parlé du « pouvoir de l’unité » et du « changement » que le sport peut avoir.

Promu

Horner a déclaré qu’il avait confiance dans les instances dirigeantes de la F1 (son promoteur Liberty Media et la Fédération internationale de l’automobile) pour « prendre les bonnes décisions ».

«Quelle que soit leur décision, nous serons là», a-t-il déclaré.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest