L’entraîneur marseillais Andre Villas-Boas s’excuse d’avoir menacé un journaliste


Vendredi, l’entraîneur marseillais Andre Villas-Boas a présenté des excuses limitées à un journaliste d’un journal local qu’il a menacé et frappé après une défaite plus tôt dans la semaine. Mercredi, après que son équipe ait perdu 2-1 lors d’un match de Ligue 1 à Rennes, Villas-Boas a approché le journaliste marseillais La Provence, lui a donné « deux coups de poing inamicaux sur l’épaule » et l’a menacé, selon des témoins. Jeudi, le journal a publié un article intitulé: « Quand Villas-Boas insulte et menace l’un de nos journalistes. »

Vendredi, l’ancien entraîneur de Tottenham, Chelsea et Zenit St Petersburg a présenté des excuses lors de sa conférence de presse.

« J’ai eu une réaction que je regrette », a déclaré Villas-Boas.

« La substance de ma pensée n’a pas changé, mais je comprends que la manière dont je l’ai exprimée a provoqué votre critique, ce qui est juste. La liberté d’expression est l’un des droits de l’homme les plus précieux.

«Je n’ai pas de problème avec la presse ou avec les critiques, mais j’ai eu une mauvaise expérience avec deux articles qui, pour moi, ont porté atteinte à ma dignité et à mon intégrité en tant que professionnel et en tant que personne.

« J’ai eu une réaction qu’une personne ne peut avoir, je le regrette et je suis prêt à m’excuser auprès du journaliste. »

Marseille a de nouveau connu des difficultés en Ligue des champions cette saison et le journaliste avait écrit que cela continuait un schéma de carrière pour Villas Boas et que ses résultats en compétition n’étaient « pas brillants ».

Cela avait suscité des plaintes de l’entraîneur portugais lors de conférences de presse précédentes, déplorant à une occasion que l’écrivain ne soit pas dans la salle.

Mercredi matin, La Provence a publié un autre article sur le sujet.

Ce soir-là, Villas-Boas a approché le journaliste après sa brève conférence de presse.

« Merci. Continuez comme ça, je vais vous chercher », aurait-il dit après avoir frappé le journaliste à l’épaule. «Si j’ai la chance de t’avoir … continue comme ça, ça va.

Le différend s’est poursuivi sur le parking du stade.

Promu

Selon un autre témoin, Villas-Boas s’est approché du journaliste et «l’a insulté en portugais».

Ricardo Carvalho, l’adjoint de Villas-Boas, a séparé les deux hommes.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest