Le sport est mort quand on n'y croit pas, met en garde le président sortant de l'IAAF, Lamine Diack

Le dopage est un "fléau" et un "sport mort" si les fans d'athlétisme ne croient pas ce qu'ils voient, a prévenu le président sortant de l'IAAF, Lamine Diack, lors d'un entretien avec l'AFP. (IAAF accusé de bloquer le rapport sur les fraudeurs dopants)

Prenant la parole avant le vote des 214 fédérations membres de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF) pour choisir Sergey Bubka ou Sebastian Coe comme nouveau président, Diack a confié à la AFP son admiration pour Usain Bolt, star du sprint jamaïcain, mais s'est également plaint. fait que le dopage est resté un problème massif.

"Face à des problèmes douloureux tels que le dopage, l'IAAF a toujours résisté et nous continuons à montrer la voie dans cette lutte mondiale contre la tricherie", a insisté Diack, les championnats du monde devant s'ouvrir le 22 août après le congrès de l'IAAF. (Sensationaliste et déroutant »: allégations de dopage de masse: IAAF)

"Nous ne laisserons pas le dopage porter atteinte à la crédibilité de notre sport, et nous ne tiendrons pas dans notre croisade pour avoir un sport propre, et dans la mesure de notre investissement et de notre résolution à cet égard, l'athlétisme mène sans doute la lutte du monde du sport contre ce fléau.

– Crédibilité essentielle –

"L’IAAF comprend parfaitement l’importance de la crédibilité de la compétition. J’ai souvent dit que le jour où nous ne pouvons plus croire ce que nous voyons alors le sport est mort.

"Mais je suis convaincu que la majorité des athlètes concourent sans faute. Nous leur avons l'obligation d'éliminer les astuces et de veiller à ce qu'il soit possible de gagner sans faute."

L’IAAF a été au cours des dernières semaines au centre d’allégations de fraude généralisée et de tests sanguins suspects impliquant des centaines d’athlètes. L’organe basé à Monaco a répondu en qualifiant les affirmations de "sensationnalistes et déroutantes".

"Malgré les récentes allégations, je ne doute pas de la qualité du travail de lutte contre le dopage mené par l'IAAF depuis plusieurs décennies. Il a été exceptionnel", a déclaré Diack. (Thomas Bach, président du CIO, promet une action sévère contre le dopage)

S'adressant à l'Américain Justin Gatlin, qui a purgé deux interdictions de dopage mais qui représente maintenant une menace sérieuse pour Bolt à Pékin, Diack a affirmé sans ambiguïté qu'il avait le droit de concourir conformément aux règles antidopage de l'IAAF, qui sont pleinement conformes au Monde Agence antidopage (AMA).

"L'IAAF est membre de l'AMA et nous luttons contre le dopage dans cette organisation internationale. L'une des responsabilités et obligations de l'adhésion et de l'adhésion au Code mondial antidopage est que vous adoptiez les mêmes règles et règlements universels que tous les sports. ", A déclaré Diack.

"Cela a toujours signifié que l'athlétisme n'avait pas le pouvoir d'appliquer les sanctions plus sévères contre les tricheurs comme le voudraient beaucoup dans notre sport.

"Lors de notre adhésion initiale à l'AMA, nous avons dû renoncer à notre droit d'imposer des suspensions de quatre ans allant à l'encontre de la volonté du Congrès de l'IAAF, composé de nos fédérations membres." (Indiens parmi les délinquants dans l'escroquerie de dopage du nouveau monde sportif: rapports)

Diack, 82 ans, était vice-président en 1999 lorsque son prédécesseur italien Primo Nebiolo est décédé et l'ancien sauteur sénégalais a été soudainement promu président de l'IAAF.

– Boulon 'exceptionnel' –

Son mandat a été éclairé par les performances époustouflantes de Bolt, le populaire showman jamaïcain qui domine le sprint depuis sa médaille d'or remportée aux Jeux olympiques de Beijing en 2008.

Diack a comparé l'impact de Bolt sur l'athlétisme à celui du sprinteur américain Jesse Owens, qui a remporté quatre médailles d'or aux Jeux de 1936 à Berlin qu'Adolph Hitler avait eu l'intention d'utiliser comme toile de fond pour évoquer les notions d'une race de maîtres aryens.

"Si je dois être sélectif, alors, depuis que je suis président, les performances remarquables d'Usain Bolt dans de nombreuses compétitions se démarquent", a-t-il déclaré. (L'AMA et le CIO inquiets alors que l'IAAF défend son dossier antidopage)

"Sa renommée a transcendé l'athlétisme. À cet égard, il ressemble à Jesse Owens à son époque. Légende à la fois."

Diack va prendre sa retraite en sachant que l'athlétisme a énormément changé depuis son élection à la vice-présidence en 1976.

Le sport a été "démocratisé" à cette époque pour développer et développer l’athlétisme au-delà de son noyau européen et nord-américain, il est passé de statut amateur à statut professionnel, les événements sont égaux, les hommes et les femmes gagnent de l’argent, et des circuits de compétitions internationales pour les athlètes de toutes les disciplines ont été mis en place. (L’IAAF suspend 28 athlètes des championnats du monde de 2005 et 2007)

Mais M. Diack a ajouté: "L’IAAF a consolidé sa stabilité commerciale en prolongeant jusqu’en 2029 l’accord actuel avec ses partenaires commerciaux Dentsu.

"La sécurité financière à long terme fournie par un tel accord est le plus beau cadeau que je puisse faire à mon successeur, à la présidence. Il est beaucoup plus facile de lancer un programme de changement lorsque les bases de la sécurité financière ont été réunies."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest