Le Premier ministre français pose la pierre du centre aquatique olympique « créateur d’héritage »

Le Premier ministre français Jean Castex a posé lundi la première pierre symbolique du Centre aquatique olympique de Paris 2024, un site qui, selon les chefs de la natation, laissera un héritage durable à l’une des régions les plus défavorisées de France. Le centre de 6 000 places sera construit à seulement 400 mètres du stade national, le Stade de France, à Saint-Denis, au nord de Paris, et accueillera des épreuves de plongeon, de water-polo et de natation synchronisée. Les épreuves de natation des Jeux se dérouleront dans une piscine temporaire de 17 000 places à La Défense Arena, un stade couvert déjà existant qui abrite l’équipe de France de rugby du Top 14 Racing 92, dans le quartier d’affaires ouest parisien de La Défense.

La natation en eau libre aura lieu au Pont d’Iena sur la Seine, au centre de Paris.

Saint-Denis est une banlieue parisienne multiculturelle qui souffre d’un taux de criminalité élevé, mais Brent Nowicki, directeur exécutif de l’instance dirigeante mondiale des sports aquatiques FINA, a insisté sur le fait que c’était le bon endroit.

« C’est là que vous mettez la piscine, c’est là que vous changez des vies, c’est là que vous donnez à cet enfant la possibilité de nager dans la piscine », a déclaré Nowicki à l’AFP.

« C’est une décision stratégique et je pense que c’est la bonne. C’est un moment particulier pour les Parisiens, les Saint-Denis. »

Nowicki a ajouté : « Quand vous regardez le plan proposé pour le centre aquatique, vous vous souvenez de la vision de Paris 2024.

« Il ne s’agit pas d’aujourd’hui, il s’agit de demain. Ce n’est pas pour cette génération, c’est pour les générations à venir qui apprécieront cela et assumeront cet héritage et auront l’opportunité de regarder en arrière et de réaliser que cela a été fait pour eux. « 

Le Premier ministre Castex, avec qui Nowicki s’est entretenu après la cérémonie, a déclaré que « le calendrier sera respecté » concernant les travaux de construction.

Le Castex a également supervisé une réunion du comité interministériel pour parler des préparatifs des JO.

Le Premier ministre a demandé au ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin de faire quelques « suggestions » sur la sécurité des sites olympiques, notamment la cérémonie d’ouverture qui, selon les organisateurs de 2024, pourrait avoir lieu sur la Seine.

Promu

« Nous accueillerons les Jeux olympiques sur plusieurs sites différents avec une cérémonie d’ouverture particulièrement originale », a déclaré Castex.

« Tout cela doit se dérouler dans des conditions de sécurité optimales, j’ai donc demandé à tous les acteurs concernés, en premier lieu le ministre de l’Intérieur, de faire quelques suggestions… d’ici la fin de l’année pour la cérémonie d’ouverture et juin 2022 au plus tard pour tous les sites. et événements. »

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest