Le médaillé d’argent olympique Luvo Manyonga suspendu pour violation des règles antidopage


Le médaillé d’argent olympique sud-africain au saut en longueur Luvo Manyonga a été temporairement banni pour n’avoir pas informé les autorités antidopage de son emplacement, a annoncé vendredi l’Athletics Integrity Unity (AIU). Manyonga, qui a également célébré son 30e anniversaire vendredi, a terminé deuxième aux Jeux olympiques de Rio en 2016. Il fait maintenant face à la perspective de rater les Jeux de Tokyo reportés plus tard cette année.

« L’AIU a accusé Luvo Manyonga d’Afrique du Sud pour défaut de localisation, une violation des règles antidopage @WorldAthletics. Le saut en longueur a été provisoirement suspendu », a tweeté le corps.

En 2012, Manyonga, champion du monde en 2017 et champion du Commonwealth en 2018, a été interdit pendant 18 mois après avoir été testé positif à la méthamphétamine, une drogue récréative.

En décembre, il a déclaré au journal Sunday Times de son pays qu’il était propre après une longue bataille contre la toxicomanie, mais qu’il ne s’entraînait pas après un appel public de sa sœur une semaine auparavant à retourner en cure de désintoxication.

En mai dernier, Manyonga a été condamné à une amende pour consommation d’alcool en public et contravention aux strictes restrictions de verrouillage de l’Afrique du Sud.

Manyonga est le quatrième champion du monde d’athlétisme depuis 2017 interdit pour une infraction de localisation. Il suit le coureur de demi-fond kenyan Elijah Manangoi, le coureur bahreïni Salwa Eid Naser et le sprinter américain Christian Coleman,

Coleman, le champion du monde du 100 m l’an dernier, a fait appel de son interdiction pour tenter de se présenter aux Jeux olympiques de Tokyo.

Naser, la championne du monde féminine du 400 m 2019, a été autorisée à concourir, mais en novembre, World Athletics a déposé un recours auprès du Tribunal arbitral du sport contre la décision.

Plus tard vendredi, l’AIU a déclaré que les finalistes kényans du 800 m olympique, Alfred Kipketer, avaient été bannis pendant deux ans, avec effet rétroactif à novembre 2019, pour la même infraction. Il peut faire appel de la décision.

Les sportifs doivent informer les autorités de leur destination pour permettre aux responsables antidopage de les retrouver.

Promu

S’ils ne montrent pas ou ne donnent pas de fausses informations trois fois par an, ils peuvent être punis.

Les Jeux olympiques retardés de Tokyo 2020 devraient commencer le 23 juillet 2021.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest