Le médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Tokyo Ravi Dahiya se retire du championnat du monde de lutte

Le médaillé d’argent olympique Ravi Dahiya a décidé de rater le prochain championnat du monde de lutte car il n’a pas eu le temps de se préparer pour les essais de sélection que la Wrestling Federation of India (WFI) organise la semaine prochaine pour choisir l’équipe indienne pour le prestigieux tournoi. La Wrestling Federation of India organisera des essais mardi pour le championnat du monde, qui se tiendra à Oslo, en Norvège, du 2 au 10 octobre. Dahiya et d’autres médaillés des Jeux de Tokyo ont sauté d’un État à l’autre pour les nombreuses fonctions de félicitations organisées en leur honneur.

« Je ne veux pas être sur le tapis sans préparation. Quel est l’intérêt de concourir sans assez d’entraînement. Je dois donc manquer le championnat du monde parce que je ne veux pas aller aux essais sans assez d’entraînement », a-t-il déclaré à la voix douce. Dahiya a déclaré à PTI.

Dahiya sera la deuxième grande star absente de la formation indienne, car le médaillé de bronze des Jeux olympiques de Tokyo, Bajrang Punia, a également été expulsé en raison d’une déchirure des ligaments du genou droit.

« Je vais essayer de participer à un ou deux tournois avant la fin de la saison après avoir commencé à m’entraîner sérieusement à partir du mois prochain », a-t-il déclaré.

Dahiya, cependant, ne s’est pas plaint lorsqu’on lui a demandé si trop de fonctions le dérangeaient.

« Comment leur dites-vous ‘non’ ? Ce sont les vôtres, qui veulent vous montrer du respect et vous honorer. La seule chose est que je suis fatigué », a-t-il déclaré.

On s’attendait à ce que Dahiya concoure dans la catégorie 61 kg au lieu de sa catégorie habituelle de 57 kg aux championnats du monde, car la réduction et le maintien du poids sont un énorme problème pour les lutteurs. Beaucoup d’efforts sont consacrés à la réduction du poids car non seulement ils renoncent à la nourriture, mais ils se privent parfois d’eau pendant de longues heures. Dahiya ne craignait pas que WFI ne l’exempte de procès.

« La fédération fait ce qu’il faut en appelant à des essais. Ils savent ce qui est le mieux. Cela ne me dérange pas d’apparaître dans les essais », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il communiquerait bientôt sa décision à la fédération. Le secrétaire adjoint de WFI, Vinod Tomar, a déclaré qu’il n’y avait rien de mal à demander aux lutteurs vedettes de se présenter aux procès.

« Nous devons également préparer la deuxième ligne. Nous devons donner la chance à chacun de revendiquer son appartenance à l’équipe nationale, donc tous doivent venir aux essais », a déclaré Tomar.

Le Dahiya, 23 ans, a déclaré qu’il était occupé au point qu’il ne pouvait même pas passer du temps avec sa famille après son retour de Tokyo.

« Je suis rentré chez moi la semaine dernière et cela aussi pendant environ deux heures. Il n’y avait pas assez de temps. La seule autre fois où j’ai rencontré mon père, c’était à l’aéroport quand nous sommes revenus », a déclaré Dahiya, fils d’un agriculteur du village de Nahri à Haryana, dit.

Pendant ce temps, la participation de trois lutteurs – Vinesh Phogat, Sonam Malik et Divya Kakran – aux essais n’était toujours pas claire, la WFI n’ayant pas encore pris de décision sur leurs problèmes respectifs.

Promu

Vinesh a été suspendu pour indiscipline pendant les Jeux de Tokyo tandis que Sonam a reçu un avis de motif pour faute professionnelle. Divya a également reçu un avis pour propos de son père contre la fédération. Sonam et Divya se sont excusés pour leur comportement.

Vinesh a également présenté des excuses inconditionnelles pour ne pas avoir porté le kit officiel lors de ses combats, mais a « respectueusement » été en désaccord sur les accusations selon lesquelles elle ne s’était pas entraînée et n’était pas restée avec d’autres lutteurs indiens à Tokyo.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest