Le maire de Rio dit qu’il pourrait annuler les matchs de la Copa America


Le maire de Rio de Janeiro a déclaré vendredi qu’il n’hésiterait pas à annuler les matchs de la Copa America prévus dans sa ville si la pandémie de Covid-19 s’aggravait. La compétition a été transférée au Brésil depuis l’Argentine mardi. Cela commence le 13 juin. « Je ne vois aucun avantage à accueillir des matches de Copa America », a déclaré le maire Eduardo Paes lors de son point de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire. « Nous n’avons pas demandé la Copa America et si vous voulez mon avis, je ne pense pas que ce soit le bon moment pour organiser un tel tournoi. »

Le maire a déclaré que si les matches de clubs, tels que la ligue brésilienne et la Copa Libertadores, se jouaient à huis clos à Rio, cela était en vertu d’un décret en vigueur jusqu’au 14 juin, au lendemain du match d’ouverture de la Copa America à Brasilia.

« Mais si la situation s’aggrave, nous aurons un autre décret et cela mettra fin » aux compétitions de football dans la ville, a-t-il précisé, ajoutant que les organisateurs n’avaient « à aucun moment contacté les autorités sanitaires municipales ».

Rio accueillera le 14 juin le premier des huit matches de la Copa America entre l’Argentine et le Chili de Lionel Messi au stade Nilton Santos, site des épreuves d’athlétisme des Jeux olympiques de 2016.

Sept matches sont prévus au stade, dont une demi-finale. La finale est prévue pour l’emblématique stade Maracana de la ville.

La Copa, retardée de 12 mois à cause de la pandémie, devait être co-organisée par la Colombie et l’Argentine.

Mais la confédération sud-américaine (CONMEBOL) a rejeté le premier le 20 mai en raison de violentes manifestations antigouvernementales, et le second dimanche en raison d’une vague de Covid-19.

Lundi, l’annonce surprise que le Brésil accueillerait le tournoi à la place de l’Argentine et de la Colombie a déclenché une avalanche de critiques au Brésil, où près de 470 000 personnes sont mortes du Covid-19.

Mais la CONMEBOL a tenu à remercier le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, pour « avoir ouvert les portes de son pays ».

Le chef de l’Etat, dont la gestion de la pandémie a été fortement critiquée par la plupart des experts, a fait cette semaine de nombreuses déclarations en faveur de la Copa America au Brésil.

Il a déclaré qu’il était logique d’accueillir un tel tournoi si le pays accueillait déjà des compétitions internationales de clubs telles que la Copa Libertadores.

Plusieurs stars d’autres pays d’Amérique du Sud, comme l’Uruguayen Luis Suarez, se sont déjà prononcées contre la tenue de la Copa America pendant la pandémie.

Des rumeurs de boycott ont également commencé à émerger de l’équipe brésilienne.

Promu

Plusieurs médias rapportent que l’entraîneur Tite pourrait démissionner en raison d’un désaccord avec sa fédération sur l’organisation du tournoi dans son pays.

Tite a indiqué jeudi qu’il avait un avis « très clair » sur la question et qu’il l’exprimerait après le deuxième des deux éliminatoires de la Coupe du monde 2022, ce vendredi soir contre l’Equateur et mardi contre le Paraguay.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest