Le lutteur indien lié aux Jeux olympiques échoue au test de dopage, provisoirement suspendu: rapport

L’Inde avait remporté huit quotas de lutte pour les Jeux olympiques de Tokyo.© AFP


Le lutteur indien lié aux Jeux olympiques a été provisoirement suspendu après avoir échoué à un test de dopage lors des récentes qualifications en Bulgarie, un embarras majeur pour le pays à quelques semaines des Jeux à Tokyo. Il s’agit du deuxième cas consécutif d’un lutteur pris dans un filet antidopage avant les Jeux olympiques – le précédent étant avant les Jeux olympiques de Rio en 2016, lorsque Narsingh Pancham Yadav en avait échoué un et avait été frappé d’une suspension de quatre ans.

« L’UWW (United World Wrestling) a informé la Wrestling Federation of India hier que le lutteur a échoué au test de dopage. Maintenant, il doit donner son échantillon B le 10 juin », a déclaré une source de WFI à PTI.

Le lutteur soigne une blessure au genou qu’il a subie pendant le camp national avant le début des qualifications olympiques sur différents sites.

Il avait participé aux qualifications asiatiques à Almaty en avril mais n’a pas réussi à gagner le quota. Il a ensuite participé au Championnat d’Asie au même endroit et est revenu avec une performance sans médaille.

Cependant, lors des qualifications olympiques mondiales à Sofia en mai, il a remporté le quota en atteignant la finale, qu’il a perdue en raison de la même blessure.

Pour laisser son genou blessé guérir complètement avant les Jeux olympiques, le lutteur prévoyait également de sauter le voyage d’exposition en Pologne que le WFI avait organisé pour son groupe à destination de Tokyo.

« Il a dû prendre quelque chose sans le savoir. Peut-être qu’il prenait des médicaments ayurvédiques pour soigner sa blessure au genou et qui contenaient peut-être des substances interdites », a déclaré la source.

« Mais ces lutteurs auraient dû être prudents, ils connaissent les risques encourus en prenant de tels médicaments », a-t-il ajouté.

Promu

Si son échantillon B revient également positif, il peut être banni du sport. Il a le droit de contester la suspension, mais il est clair qu’au moment où l’audience aura lieu et qu’un verdict sera rendu, il manquerait de participer aux Jeux olympiques.

L’Inde a remporté huit quotas de lutte pour l’édition de Tokyo des Jeux avec quatre hommes et autant de lutteuses qualifiées.

Sujets mentionnés dans cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest