Le contrat de moteur de Formule 1 contient la «clause Red Bull»

Le nouvel accord sur les unités de puissance de Formule 1 pour 2017 contient une clause visant à empêcher les équipes et leurs fournisseurs de moteurs de se dénigrer publiquement, comme l'ont fait Red Bull et Renault l'année dernière.

Le sport a annoncé lors du Grand Prix de Russie de la semaine dernière un accord visant à garantir à toutes les équipes l'accès à un moteur, avec des prix réduits sur trois ans et des écarts de performances réduits.

Une annexe aux règlements sportifs de 2017, maintenant publiée sur le site Web de la Fédération internationale de l'automobile (FIA), qui régit actuellement, donne plus de détails.

Il indique qu'aucune des parties ne doit prendre "aucune mesure et / ou faire toute omission, tout commentaire fallacieux, trompeur ou trompeur ou négatif, qui porte directement préjudice, porte atteinte à la réputation publique, à la bonne volonté ou au nom ou à l'image favorable de l'autre partie. contrat d'approvisionnement."

Le site Internet motorsport.com a annoncé qu'un responsable d'équipe non identifié l'avait surnommé en plaisantant la "clause Red Bull".

Red Bull et Renault ont remporté quatre titres successifs de pilotes et de constructeurs entre 2010 et 2013. Mais la relation s'est effondrée après l'introduction d'un nouveau groupe motopropulseur hybride turbo V6 en 2014, destiné à remplacer les anciens V8.

Mercedes s'est immédiatement imposée comme force dominante, tandis que le moteur de Renault était à la fois peu fiable et moins performant.

À mesure que 2015 s'annonce, les cadres supérieurs de Red Bull se font de plus en plus entendre sur ce qu'ils considèrent comme les faiblesses du moteur, tout en cherchant une alternative plus compétitive.

"Renault ne pouvait pas nous fournir un moteur qui nous permettait de rouler à l'avant. C'est aussi simple que cela", a déclaré Helmut Marko, consultant Red Bull en sport automobile, en septembre.

Lorsque Mercedes et Ferrari ont exclu toute offre pour 2016 et que McLaren a opposé son veto à toute initiative de Honda, Red Bull a été menacé de n'avoir aucun fournisseur de moteur. Il a finalement conclu un accord pour continuer avec des unités Renault portant la marque Tag Heuer.

Le règlement nouvellement publié définit une formule selon laquelle les fabricants seraient choisis pour fournir des équipes, si la FIA le leur demandait, et les conditions auxquelles les équipes devaient répondre.

Ils ont précisé que les fabricants ne pouvaient être contraints de fournir une équipe dont les dirigeants, administrateurs ou actionnaires effectifs avaient commis des actes susceptibles de nuire à leur réputation.

Les actions en question comprenaient la fraude, le blanchiment d’argent, l’inscription sur une liste officielle des sanctions de l’Union européenne ou des États-Unis, la déclaration de faillite ou la condamnation pour un acte criminel punissable par mise en accusation.

Les équipes doivent également payer 80% du coût des unités motrices avant le début de la saison, le reste devant être payé à la cinquième course.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest