Le CIO interroge les pays membres sur l'impact du coronavirus sur la préparation des athlètes

Le Comité International Olympique (CIO), sous la pression de reporter les Jeux de Tokyo cet été, interroge les Comités Nationaux Olympiques (CNO) sur l'impact de la crise des coronavirus sur la préparation des athlètes. Dans un questionnaire intitulé "COVID-19 et préparation des Jeux Olympiques de Tokyo 2020", que l'AFP a obtenu en français, le CIO demande aux comités olympiques de ses pays membres "comment la réglementation d'urgence relative au COVID-19 limite la formation et préparation de vos athlètes? "

Le CIO est sous pression depuis que USA Swimming a ouvert vendredi ce qui est devenu un chœur de protestations en demandant l'annulation des Jeux, prévus du 24 juillet au 9 août.

Dans son questionnaire, le CIO pose des questions sur d'éventuelles modifications forcées, voire sur la relocalisation des camps d'entraînement, sans indiquer ce qu'il entend apprendre des réponses.

Vendredi, USA Swimming a averti que ses nageurs ne pouvaient plus s'entraîner normalement sans risquer d'attraper le virus.

Ils ont été repris par la fédération française de natation, le Comité olympique norvégien et les athlètes.

Le chef de l'athlétisme américain Max Siegel "a respectueusement demandé" dans une lettre que le Comité olympique et paralympique américain (USOPC) "plaide … pour le report des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo".

Outre le nombre croissant de voix en faveur d'un report, le report en cascade des grandes compétitions sportives internationales, comme le tournoi de football Euro 2020, qui a été repoussé d'un an, met le CIO sous pression.

Vendredi, le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré au New York Times qu'il serait "prématuré" de reporter.

"Nous sommes à quatre mois et demi des Jeux", a déclaré Bach.

"Pour nous, (le report) ne serait pas responsable maintenant."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest